View this website in

Mise à jour: En raison du Coronavirus, le Village des Pruniers est fermé.

Google en quête de sagesse

Entretien réalisé par Jo Confino le 5 Septembre 2013


Le maître zen Thich Nhat Hanh, qui visite le campus de Google ce mois-ci, enseigne que nous devons rechercher l’absence de but plutôt que de chercher à être numéro un.
Pourquoi diable de nombreuses entreprises technologiques parmi les plus puissantes au monde, dont Google, s’intéressent-elles particulièrement à un moine bouddhiste zen vietnamien de 87 ans ?
La réponse est qu’elles veulent toutes comprendre comment les enseignements de Thich Nhat Hanh, ou Thay comme l’appelle ses centaines de milliers de disciples dans le monde, peuvent aider leur société à devenir plus compatissantes et efficaces.
Signe que la pratique de la pleine conscience est en train de se généraliser, Thay a été invité à animer une journée de formation sur le campus principal de Google en Californie.
Thay, qui a vendu plus de 2 millions de livres rien qu’en Amérique, va également rencontrer plus de 20 PDG d’autres grandes entreprises technologiques américaines de la Silicon Valley, pour leur faire part de sa sagesse sur l’art de vivre dans le moment présent.
Il prévoit de discuter avec eux de la manière dont ils peuvent développer une compréhension approfondie de l’interconnexion et de l’interdépendance de toute vie et offrir des outils pratiques pour mieux intégrer la prise de conscience dans leur quotidien, dans les produits qu’ils conçoivent et dans la vision qu’ils ont de la manière dont la technologie peut changer le monde. L’événement se terminera par la pratique de la méditation marchée.
Le travail de Thay a été reconnu par plusieurs leaders mondiaux au cours des 50 dernières années. L’actuel président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, a déclaré que sa pratique est “une pratique dans laquelle on peut être profondément passionné et compatissant envers ceux qui souffrent”, tandis que Martin Luther King l’a nominé pour le prix Nobel de la paix en 1967 pour son travail visant à mettre fin à la guerre du Vietnam.
King a déclaré que l’attribution de ce prix “éveillerait les hommes à l’enseignement de la beauté et de l’amour trouvés dans la paix. Cela contribuerait à raviver l’espoir d’un nouvel ordre de justice et d’harmonie”.
Malgré son âge avancé, Thay, qui a été ordonné il y a 71 ans, est actuellement en plein milieu d’une tournée de trois mois en Amérique du Nord, immédiatement après une période similaire de retraites à travers l’Asie.
Sa communauté de moines et de nonnes représente l’ordre monastique qui connaît la croissance la plus rapide au monde et ses retraites d’une semaine dans le nord de l’État de Toronto, de New York, du Mississippi et de la Californie, chacune pouvant accueillir plus de 1 000 personnes, ont été complètes en quelques jours.


Notre système économique vorace


Thay, qui avertit que la civilisation risque de s’effondrer en raison des dommages environnementaux et sociaux causés par la voracité de notre système économique, propose une vision alternative qui se concentre sur le vrai bonheur, dont il pense que nous l’avons sacrifié sur l’autel du matérialisme.
Son enseignement est basé sur la transformation de notre souffrance en lâchant les cicatrices du passé ainsi que les inquiétudes concernant l’avenir, par la méditation et la vie en pleine conscience.
Soulignant que notre dépendance à la consommation est un signe clair que nous essayons d’effacer notre souffrance, Thay suggère que nous devrions aller dans la direction opposée, au cœur même de notre douleur, afin de la transcender.
Il estime que pour que les entreprises jouent un rôle dans le ralentissement du train du capitalisme, les dirigeants doivent reconnaître qu’ils ont commis une erreur fondamentale dans leur conviction bornée que le profit est synonyme de succès.


Les entreprises ont besoin d’un changement fondamental de conscience
Pour cela, le monde de l’entreprise doit subir un changement fondamental de conscience en reconnaissant l’importance d’intégrer des principes spirituels..
Dans une interview accordée au Guardian la semaine dernière dans les montagnes des Catskill sur l’art de la souffrance, Thay a déclaré “Vous devez considérer votre idée du bonheur. Vous pensez qu’il n’est possible que si vous gagnez, que si vous êtes au sommet.
Mais ce n’est pas nécessairement comme ça, car même si vous réussissez à gagner plus d’argent, vous souffrez quand même. Vous êtes en compétition parce que vous n’êtes pas heureux et la méditation peut vous aider à moins souffrir.
Beaucoup d’entre nous pensent que nous ne pouvons être heureux que si nous laissons les autres derrière nous. Or il n’est pas nécessaire d’être numéro un pour être heureux.
Il doit y avoir une dimension spirituelle dans votre vie et dans votre entreprise, sinon vous ne pouvez pas faire face à la souffrance causée par votre travail ou votre vie quotidienne”.

Rencontres avec Martin Luther King
Rappelant ses rencontres avec King, qui ont été déterminantes dans la décision du leader des droits civils de s’opposer à la guerre du Vietnam, Thay a déclaré que le président Obama avait manqué un élément clé lorsqu’il a célébré la semaine dernière le 50e anniversaire du discours “I have a dream”.
“Lorsque le président Obama a dit “Laissez sonner la liberté”, il parle du type de liberté qui vient de l’extérieur, de la liberté politique et sociale, mais même si vous avez beaucoup de liberté pour vous organiser, pour dire des choses, pour écrire, vous pouvez quand même beaucoup souffrir car vous n’avez pas la liberté à l’intérieur – de votre colère et de votre peur”, dit Thay.
Le développement de la “Beloved Community” était au cœur de la vision de King et Thay a concentré son énergie sur la construction de plus d’un millier de “sanghas” de pratiquants laïcs dans le monde entier.
Mais est-il possible pour les chefs d’entreprise d’opérer un changement par la construction d’une éthique communautaire au sein de leurs entreprises ?


La pleine conscience et la méditation sur le lieu de travail
Thay croit qu’en apportant la pleine conscience et la méditation dans les entreprises, on les aidera à se détourner de leurs méthodes destructrices et à reconnaître l’interdépendance de toute vie.
« La pratique de la méditation peut aider les entreprises à moins souffrir, dit-il. C’est déjà bien parce que si vos employés sont heureux, votre entreprise peut s’améliorer.
Si votre entreprise est à l’origine de problèmes environnementaux, alors, parce que vous avez pratiqué la méditation, vous avez peut-être une idée de la manière de diriger votre entreprise de façon à moins nuire à la nature.
La méditation peut calmer vos souffrances et vous donner un meilleur aperçu et une vision plus juste de vous-même et du monde. Si vous disposez d’une sagesse collective, vous voudrez naturellement gérer et conduire votre entreprise de manière à faire moins souffrir le monde”.
Selon Thay, le fait d’apporter une certaine attention sur le lieu de travail peut également aider à éviter que les employés ne soient dépassés par leur travail, mais les chefs d’entreprise doivent montrer l’exemple.


Les chefs d’entreprise doivent prendre soin d’eux-mêmes
Alors que de nombreux cadres supérieurs commencent à parler de l’importance de la durabilité, Thay affirme que peu d’entre eux établissent un lien avec la culture interne des organisations qu’ils dirigent.
“S’il [le chef d’entreprise] passe tout son temps à s’occuper de l’entreprise, il n’a pas de temps pour lui ou sa famille, mais il est important de reconnaître que l’entreprise tirera profit s’il est plus calme, plus aimant, plus compatissant et compréhensif”, dit-il.
C’est en partie à cause de la vitesse et de la portée croissantes des ordinateurs, qui font qu’il est de plus en plus difficile de trouver du temps pour réfléchir et être inspiré.

Le pouvoir de l’absence de but
Il parle de l’importance de développer l’art de l’absence de but, plutôt que de créer sans cesse de nouveaux projets.
“Les gens croient que le bonheur est dans l’avenir et que le but de l’absence de but est d’arrêter de courir et de trouver le bonheur ici et maintenant, dit-il.
Le vrai bonheur ne peut pas être sans paix. Si vous continuez à courir, comment pouvez-vous avoir la paix : vous courez aussi dans vos rêves. C’est notre civilisation.
Nous devons inverser cette tendance. Nous devons retourner à nous-mêmes, à nos bien-aimés, à la nature, car les appareils électroniques nous aident à nous fuir. Nous nous perdons dans l’internet, les affaires, les projets et nous n’avons pas le temps d’être avec nous-mêmes. Nous n’avons pas le temps de prendre soin de nos êtres chers et ne permettons pas à la Terre mère de nous guérir. Nous fuyons le moi, la famille et la nature”.
Si la plupart des chefs d’entreprise ont du mal à parler ouvertement des pressions qu’ils subissent, il existe des exemples très médiatisés de cadres qui partagent les préoccupations de Thay.
Erin Callan, l’ancien directeur financier de Lehman Brothers, qui a démissionné quelques mois avant la faillite de la banque, a pris le temps cette année d’écrire comment le travail l’avait complètement consumée.
“Quand j’ai quitté mon travail, cela m’a dévastée, a-t-elle écrit dans le New York Times. Je ne pouvais pas simplement me reprendre et aller de l’avant. Je ne savais pas comment valoriser qui j’étais par rapport à ce que je faisais.
Quand je ne rattrapais pas mon retard au travail, je passais mes week-ends à recharger mes batteries pour la semaine suivante. Le travail passait toujours en premier, avant ma famille, mes amis et mon mariage – qui s’est terminé quelques années plus tard”.
La nature dualiste de la technologie
Bien que Thay s’inquiète de la force destructrice de la technologie, il reconnaît sa nature dualiste et donc son pouvoir de faire le bien.
C’est pourquoi il demandera aux directeurs généraux de la technologie qu’il rencontre de se concentrer sur le développement d’applications et d’autres dispositifs qui peuvent aider à rétablir l’équilibre entre les individus.
“Nous devons avoir un éveil et lorsque je parlerai à Google et aux autres entreprises, je leur dirai d’utiliser leur intelligence et leur bonne volonté pour nous aider à créer le genre d’instruments qui nous permettront de revenir à nous-mêmes, de nous guérir, dit-il. Nous n’avons pas à rejeter ou à jeter tous ces instruments, mais nous pouvons en faire bon usage”.
Il parle du développement d’applications qui peuvent aider les gens à calmer leur colère lorsqu’elle se manifeste et fait référence à une montre qu’il a conçue, sur laquelle chaque heure est marquée par le mot “maintenant” plutôt que par un chiffre.
Google a demandé au moine bouddhiste de parler de l’intention, de l’innovation et de la perspicacité, qui, selon lui, peuvent toutes bénéficier de la pratique de la pleine conscience.
Thay a été invité à visiter Google en 2011 et depuis lors, la pratique de la pleine conscience a fleuri chez ce géant de la technologie, notamment grâce au nombre croissant de personnes qui participent à son programme officiel de formation à la pleine conscience, “Search Inside Yourself”. Des salles de méditation ont également été créées dans de nombreux bureaux de l’entreprise.
Le personnel de Google veut savoir comment transformer leur souffrance, comme celle de tous les autres êtres vivants”, dit-il.
“Beaucoup d’entre eux sont jeunes et intelligents, ils peuvent donc bien comprendre l’enseignement et la pratique et peuvent les diffuser ceci.
“Il leur sera utile de savoir que chacun a le désir de faire le bien car nous avons tous la nature de Bouddha. Quand vous regardez la voie qui n’est pas noble, vous pouvez voir l’autre voie. Ainsi, en regardant la souffrance, vous voyez la voie du bonheur ; c’est l’enseignement des quatre nobles vérités et vous n’avez pas besoin d’être bouddhiste pour le comprendre.
“Notre société a besoin d’un éveil collectif afin de nous sauver de la crise dans laquelle nous sommes. La pratique est donc que l’éveil doit avoir lieu à chaque pas, à chaque respiration. Et si vous avez l’éveil, vous savez que vous avez un chemin de bonheur. Vous cessez de souffrir et vous pouvez alors aider les autres à faire de même”.


Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cacher le transcript

What is Mindfulness

Thich Nhat Hanh January 15, 2020

00:00 / 00:00
Montrer Cacher le transcript Fermer