View this website in

Thich Nhat Hanh sur... / Le jardinier

Dans cet extrait du livre “Pour une métamorphose de l’esprit” , Thich Nhat Hanh nous explique comment notre “conscience mentale” agit comme un jardinier pour cultiver les états positifs ou négatifs de notre mental.

La conscience mentale est à la base de toutes les actions du corps et de la parole.
Sa nature est de différencier, mais son existence n'est pas continue.
La conscience mentale donne lieu à des actions qui conduisent à un mûrissement.
Elle joue le rôle du jardiner, semant toutes les graines.

Il existe trois sortes d’action (karma)—les actions du corps, de la parole et de l’esprit. La conscience mentale est à la base de ces trois types d’action. La conscience mentale pousse le corps à agir. Tout ce que nous disons provient de la conscience mentale. C’est la source de nos pensées, réflexions et jugements.

Tout comme manas,Manas est l’énergie de l’ignorance, de la soif et du désir insatiable. Elle s’élève de la conscience du tréfonds et se retourne sur elle-même pour saisir une partie de la conscience du tréfonds. la conscience mentale est une conscience évolutive. Mais contrairement à manas qui est continue, la conscience mentale ne l’est pas. Elle cesse parfois de fonctionner. Par exemple, quand nous dormons sans rêver, notre conscience mentale s’arrête totalement. Quand nous nous évanouissons, notre conscience mentale peut ne plus fonctionner. Et dans l’état de méditation appelé “sans esprit”, la conscience mentale est aussi au repos. La conscience mentale n’est pas continue, ce qui est vrai également des cinq autres consciences des yeux, des oreilles, du nez, de la langue et du corps. La conscience mentale et les consciences sensorielles diffèrent ainsi de la conscience du tréfonds et de manas, qui sont continues.

La conscience mentale donne lieu à deux sortes d’actions. L’une est une “action prédominante” qui nous pousse dans une direction ou l’autre. Trop souvent, “Mara (l’ignorance, l’illusion) nous présente la route et les fantômes affamés nous montrent le chemin”. Mais quand c’est le Bouddha qui nous présente la route et la Sangha qui nous montre la voie, c’est bénéfique pour nous. Le deuxième type d’action est appelé “action de mûrissement”. Nos actions font mûrir les graines bénéfiques et non bénéfiques qui sont dans notre conscience du tréfonds. La conscience mentale rend possibles ces deux sortes d’actions – celles qui nous entraînent dans une direction donnée, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, et celles qui font mûrir le fruit des graines qui sont déjà présentes en nous.

Sachant que la conscience mentale peut initier une action qui conduit au mûrissement des graines dans notre conscience du tréfonds, il est important d’explorer, d’entraîner et de transformer notre conscience mentale. Nous agissons et nous parlons sur la base de nos pensées, de nos connaissances. Toute action basée sur la conscience mentale du corps, de la parole et de l’esprit arrose des graines positives ou négatives en nous. Si nous arrosons les graines négatives, le résultat sera la souffrance. Si nous savons comment arroser les graines positives, il y aura plus de compréhension, d’amour et de bonheur. Si la conscience mentale apprend à voir les choses en termes d’impermanence, de non-soi et d’inter-être, cela aidera la graine de l’Éveil à se développer et à éclore comme une fleur.

Jardinage au centre de pratique “Les Patates Douces à côté de Paris dans les années 1970.

La conscience du tréfonds est souvent décrite comme la terre – le jardin où sont plantées les graines qui vont produire des fleurs et des fruits. La conscience mentale est le jardinier, celui qui plante, arrose et prend soin de la terre. C’est la raison pour laquelle cette stance dit que la conscience mentale donne lieu à des actions qui mènent au mûrissement des graines. la conscience mentale peut nous projeter dans le monde des enfers ou nous conduire vers la libération, car aussi bien l’enfer que la libération sont le mûrissement de leurs graines respectives. La conscience mentale fait le travail d’initier ainsi que le travail de mûrissement. Si nous plantons des grains de blé, nous obtiendrons du blé.

Le jardinier – la conscience mentale – doit faire confiance à la terre, car c’est la terre qui produit le fruit de la compréhension et de la compassion. Le jardinier doit aussi reconnaître et identifier les graines positives dans la conscience du tréfonds et pratiquer jour et nuit pour arroser ces graines et les aider à pousser. Le jardin, la conscience du tréfonds, nourrit et apporte le résultat. La fleur de l’Éveil, la compréhension, et l’amour sont un cadeau du jardin. Le jardinier doit seulement prendre soin du jardin afin que la fleur ait une chance de pousser.

Comme l’esprit est la base de toutes les actions, il est très important d’être en pleine conscience. La pleine conscience est le meilleur état pour l’esprit. Avec la pleine conscience, nos pensées et nos actions du corps et de la parole vont aller dans la direction de la guérison et de la transformation. La Sangha est d’une grande aide dans notre pratique de la pleine conscience. Si nous sommes entouré de personnes qui pratiquent la pleine conscience de la parole, de l’écoute et de l’action, nous sommes motivé à faire de même. La pleine conscience finit alors par devenir une habitude. Et avec la pleine conscience, la transformation et la guérison seront possibles.


Vous pouvez en savoir plus sur les enseignements bouddhistes sur l’esprit lors de notre prochaine retraite en ligne,Toucher la réalité .


Continuez à lire

Participer à la conversation

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Sharings
Inline Feedbacks
View all comments
Cacher le transcript

What is Mindfulness

Thich Nhat Hanh January 15, 2020

00:00 / 00:00
Montrer Cacher le transcript Fermer