Thich Nhat Hanh sur... / La méditation de l’étreinte

Nos échanges les plus forts ne se font pas toujours avec les mots. Quand deux personnes se prennent dans les bras, leurs cœurs se connectent et elles sentent qu’elles ne sont pas séparées. Étreindre en pleine conscience et dans la concentration peut apporter la compréhension, la réconciliation, la guérison et beaucoup de bonheur.

Vous pouvez pratiquer la méditation de l’étreinte avec un ami, votre fille, votre père, votre partenaire ou même avec un arbre. Pour cela, commencez par vous incliner et par reconnaître la présence de l’autre. Fermez les yeux, respirez profondément et visualisez-vous, ainsi que l’autre personne, dans trois cents ans. Vous pouvez ensuite apprécier trois respirations profondes en pleine conscience pour vous ancrer pleinement ici. Vous pouvez dire en vous-même : “En inspirant, je sais que la vie est précieuse en cet instant. En expirant, je chéris cet instant de vie.”

Souriez à la personne qui est en face de vous, pour lui exprimer votre désir de la prendre dans vos bras. Il s’agit d’une pratique, mais c’est aussi un rituel. Quand vous rassemblez votre corps et votre esprit pour être pleinement présent, pour être plein de vie, c’est un rituel.

Quand je bois un verre d’eau, j’investis cent pour cent de moi-même dans l’acte de boire ce verre. Entraînez-vous à vivre ainsi chaque moment de votre vie quotidienne. Étreindre est une pratique profonde. Il vous faut être totalement présent pour le faire correctement.

Ouvrez ensuite vos bras et commencez à vous étreindre tous les deux. Étreignez-vous le temps de trois inspirations et expirations. Au cours de la première respiration, vous êtes consciente que vous êtes présent en ce moment même et que vous êtes heureuse. Pendant la deuxième respiration, vous êtes conscient que l’autre personne est présente en ce moment même et qu’elle est heureuse elle aussi. Avec la troisième respiration, vous êtes conscient que vous êtes avec elle, en ce moment, sur cette Terre, et vous en ressentez une profonde gratitude et un grand bonheur. Vous pouvez ensuite ouvrir vos bras à nouveau et vous écarter de l’autre personne, avant de vous incliner devant elle pour lui exprimer vos remerciements.

Vous pouvez aussi pratiquer l’étreinte de la façon suivante : pendant la première respiration, prenez conscience que vous et votre être cher êtes tous les deux en vie, avec la deuxième respiration, visualisez où vous serez dans trois cents ans ; et pendant la troisième respiration, revenez à votre première vision profonde vous êtes tous les deux en vie.

Art Tamara Adams

Quand vous prenez quelqu’un dans vos bras de cette manière, l’autre personne devient réelle et vivante. Vous n’avez pas besoin d’attendre que l’un d’entre vous soit sur le point de partir en voyage pour vous étreindre ; vous pouvez les faire maintenant et recevoir la chaleur et la stabilité de votre ami dans le moment présent. Prendre quelqu’un dans ses bras peut être une profonde pratique de réconciliation.

Pendant cette étreinte silencieuse, le message apparaîtra clairement “Chérie, tu es très précieuse pour moi. Je suis désolé d’avoir manqué de pleine conscience et de considération envers toi. J’ai fait des erreurs. Permets-moi s’il te plaît de prendre un nouveau départ.”

La vie devient réelle à ce moment-là. Les architectes qui dessinent les plans des aéroports et des gares devraient prévoir assez d’espace pour la pratique de l’étreinte. Plus vos étreintes seront sincères, plus votre joie sera profonde.


Continuez à lire

Participer à la conversation

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Sharings
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Cacher le transcript

What is Mindfulness

Thich Nhat Hanh January 15, 2020

00:00 / 00:00
Montrer Cacher le transcript Fermer