View this website in

Témoignage / Chanter pour que Thay puisse respirer

Partage de Sœur Chân Không lors de la deuxième semaine des cérémonies commémoratives de Thay au Temple Tu Hieu.

Thay est le maître du tigre, je suis le petit tigre.

Je suis née l’année du tigre et, enfant, j’étais très têtue ; je n’écoutais jamais les conseils de personne. Je disais souvent : “Je suis un tigre, ne me forcez pas…”. Mais lorsque j’ai rejoint la sangha, j’ai fait tout ce que Thay m’a demandé de faire et je n’ai jamais répliqué ! J’ai suivi les conseils de Thay et fait de mon mieux, pour vivre et mourir avec les choses que Thay me demandait.

J’ai 12 ans de moins que Thay. Je me vois comme un petit tigre. Mon rôle est de compléter les parties manquantes, aussi petites soient-elles, du maître tigre – Thay. S’il manque des griffes au maître tigre, je serai ces griffes. Tout ce pour quoi Thay a besoin d’aide, je le ferai. Tout ce que Thay est incapable de faire, je ferai de mon mieux pour le réaliser à sa place.

Chanter pour que Thay puisse respirer

Une fois, un groupe de sénateurs français a invité Thay à donner un enseignement sur le Dharma. J’y ai conduit Thay. Bien sûr, d’autres personnes l’ont accompagné, mais comme je suis plus familière avec les besoins de Thay, je pouvais l’aider dans n’importe quelle situation. Thay venait juste de rentrer d’un voyage en Suisse la veille, il était donc très fatigué et ne pouvait pas beaucoup parler.

Au quart de l’enseignement du Dharma, Thay a soudainement dit en français : “Sr Chan Khong va maintenant venir et chanter une chanson pour tout le monde.” J’étais tellement surprise parce que Thay n’avait encore presque rien partagé. Je me suis rapidement approchée de Thay. Il m’a dit tranquillement : “Ma chère, vous pouvez chanter trois, quatre ou même cinq chansons pour moi. Je suis tellement fatigué que j’ai du mal à respirer.” J’ai donc chanté une chanson après l’autre, en me retournant de temps en temps pour voir quand je devais m’arrêter. Thay m’a dit de continuer à chanter. Au bout d’un moment, il a souri et avait l’air mieux. Thay a donné un merveilleux enseignement ce jour-là.

Parfois, lorsque Thay était très fatigué et incapable d’enseigner, il m’invitait à chanter pour avoir plus de temps pour respirer. Je me rends compte que, même si je ne pouvais pas faire grand-chose, il était tout de même important d’avoir quelqu’un qui chante pour que Thay puisse respirer.

Thay, s’il vous plaît, laissez-moi devenir une nonne.

Lorsque nous sommes arrivés en France, j’ai demandé à Thay : “Cher Thay, permettez-moi de devenir nonne.” Mais Thay a résolument refusé. La raison en était qu’après la Seconde Guerre mondiale, de nombreuses jeunes filles françaises qui ont eu des relations étroites avec des soldats allemands ont été considérées comme des traîtres et ont eu la tête rasée. Thay a dit :

“Si vous vous rasiez la tête, les autres pourraient se méprendre. Savez-vous pourquoi j’ai laissé pousser mes cheveux longs ? Parce que ces derniers temps, un groupe est apparu en Europe, les “skinheads”. Ils se rasent complètement la tête et ont fait de mauvaises choses. Si je me rasais aussi la tête, on me prendrait pour un skinhead. C’est pourquoi j’ai laissé pousser mes cheveux.”

Thay m’a également dit de garder mes cheveux longs et de porter la longue robe traditionnelle vietnamienne. Plus tard, lorsque la guerre du Vietnam a pris fin et que nos efforts pour sauver les boat people ont également pris fin, je n’avais plus rien à faire en tant que laïc. J’ai supplié Thay une fois de plus de me laisser être ordonnée. Cette fois, Thay a répondu :

“Pour transmettre les préceptes, il faut des maîtres de transmission des préceptes et de nobles témoins. Mais en France, je suis le seul. A l’époque, nous n’avions pas encore pu inviter les vénérables moines et nonnes du Vietnam à venir présider une cérémonie de transmission des préceptes en France. Attendez encore un an. L’année prochaine, j’organiserai un pèlerinage en Inde et vous serez ordonné au Pic du Vautour. Je rendrai hommage au Bouddha et l’inviterai à être votre maître de transmission des préceptes. Je ne serai que le maître du Dharma témoin et je lirai les préceptes pour le Bouddha. Je sais que tu es une très bonne fille du Bouddha. Attends simplement.”

Exactement un an plus tard, j’ai pu me rendre en Inde avec un groupe d’amis laïcs, dont le chanteur Ha Thanh. À cette époque, personne ne savait qu’après l’ascension du Pic Vautour, Thay me transmettrait les préceptes et que les nobles témoins seraient les Vénérables Mahakashyapa, Shariputra, Mahamoggallana, Upali, Ananda, Rahula, Gotami… Au sommet du Pic Vautour, j’ai reçu les préceptes de Bhikshuni avec Sr Chan Duc, et Sr Chan Vi a reçu les préceptes de novice..

Je me souviens avoir partagé avec Thay une fois : ” J’aime et respecte beaucoup le Grand Honoré du Monde. Je souhaite suivre sa voie, mais je sens que si je suis ordonnée dans un couvent au Vietnam, je ne serai pas heureuse.” La nonne vénérable de Ben Tre (la ville natale de Sœur Chan Khong), une pratiquante merveilleuse et vertueuse, m’aimait beaucoup. Elle m’a dit un jour : “Tôt ou tard, tu deviendras un Bouddha. Mais d’abord, tu dois bien pratiquer pour que dans ta prochaine vie, tu puisses être un homme. Alors pratique bien en tant qu’homme et tu atteindras la bouddhéité.” En entendant cela, j’ai dit que j’allais créer mon propre couvent pour qu’il ne soit pas aussi traditionnel. Si j’ai l’intention de laisser les hommes derrière moi pour devenir une nonne, pourquoi voudrais-je revenir et être un homme ? Ce serait une telle corvée ! En m’écoutant, Thay s’est contenté de sourire et n’a rien dit. J’ai continué à demander : ” À l’avenir, si j’établis un couvent qui ne suit pas les temples traditionnels, est-ce que Thay pourrait toujours être notre maître ? “. Thay a répondu : ” C’est très bien. “

À partir de ce moment-là, j’ai tout fait selon les conseils et les idées de Thay. Je suis heureuse de jouer un petit rôle pour compléter la carrière de Thay dans la diffusion des enseignements.

Retour aux sources comme Thay

J’ai pensé à un moment donné que Thay ne reviendrait pas au Vietnam. Mais un jour, en Thaïlande, les Frères Phap An, Phap Niem et Trung Hai sont venus rencontrer Thay car il voulait exprimer quelque chose de très important pour eux. Lorsque les frères sont arrivés, Thay a posé une main sur sa poitrine et, avec cette main, a dessiné un cercle sur sa poitrine. Il s’est arrêté lorsque sa main s’est arrêtée au point de départ du cercle. Nous avons compris le sens : qu’il aille à l’Est ou à l’Ouest, en fin de compte, Thay souhaitait retourner à ses racines.

Aujourd’hui, je fais aussi le vœu profond de ne jamais oublier les racines de Thay. Les racines de Thay sont aussi mes racines. Comme Thay, je retournerai aussi à mes racines.

Statue commémorative de Martin Luther King et Thich Nhat Hanh, monastère de Magnolia Grove

Continuez à lire

Participer à la conversation

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Sharings
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Cacher le transcript

What is Mindfulness

Thich Nhat Hanh January 15, 2020

00:00 / 00:00
Montrer Cacher le transcript Fermer