View this website in

Bouddhisme engagé / Faire du bénévolat avec les réfugiés

Comment faire entrer le bouddhisme engagé dans notre vie quotidienne ? Nous interrogeons Joe Holtaway, un pratiquant du Village des Pruniers, sur ses expériences de volontariat dans un centre de jour pour demandeurs d’asile, y compris ses expériences lors de COVID-19. 

Joe pratique dans la tradition du Village des Pruniers depuis de nombreuses années et a vécu plusieurs mois au Village des Pruniers, en France. Il est actif au sein de Wake Up Londres en tant qu’animateur et membre de l’équipe coeur.

Courte vidéo poétique montrant le travail de Joe au Centre d’accueil. (en anglais)

Pouvez-vous nous parler un peu de votre bénévolat au centre de jour pour demandeurs d’asile ?

Il y a environ un an, j’ai commencé à faire du bénévolat au Centre de jour pour demandeurs d’asile de Southwark. Il fonctionne trois jours par semaine dans différentes églises.

Je voulais m’impliquer et travailler avec les réfugiés et les demandeurs d’asile parce que je me sentais touché par ce que je lisais dans les nouvelles. Il y avait des gens qui arrivaient sur des bateaux, beaucoup de gens qui mouraient en transit en essayant de se rendre dans un autre pays. J’ai senti que je voulais vraiment en savoir plus, m’impliquer et rencontrer des gens qui ont vécu ce voyage. J’ai ensuite examiné un peu plus le système d’immigration ici au Royaume-Uni, j’ai aussi parlé à des amis qui ont fait du militantisme dans le domaine de l’immigration, et j’ai découvert que le système n’est pas vraiment favorable.

Il y a quelques années, la politique d’immigration était décrite comme visant à créer un “environnement hostile” et cet héritage est toujours bien vivant. J’avais rencontré quelques personnes qui étaient déjà passées par ce système et qui le trouvaient très difficile. Lorsque j’ai recherché les moyens de les soutenir, j’ai trouvé cet endroit appelé le Centre de jour pour demandeurs d’asile de Southwark.

Ils cherchaient quelqu’un pour les aider à entretenir le jardin. Le petit lotissement est très proche de notre maison. Chaque mardi matin, quelques-uns d’entre nous travaillaient sur le lotissement, puis nous descendions à pied pendant 15 minutes jusqu’à l’église en traversant les jardins.

Le centre compte généralement cinquante à cent personnes, y compris des familles qui viennent prendre de grands repas en commun et participent ensuite à différentes activités comme des cours d’art, d’art-thérapie et d’anglais. Des vêtements sont mis à la disposition de tous celles et ceux qui en ont besoin. Il y a une petite crèche qui s’occupe des enfants. Plus important encore, pour de nombreuses personnes, des conseils en matière d’immigration sont offerts par des bénévoles formés pour les aider à remplir des formulaires ou à passer des appels téléphoniques, etc.

C’est une opportunité d’interaction sociale et de construction de la communauté. Il y a un mélange de gens du monde entier. En 2019, 28 % des personnes étaient originaires du Nigère, suivi de l’Iran, puis de la Côte d’Ivoire, de l’Irak, de l’Afghanistan, de l’Érythrée, du Sud-Soudan, de la Sierra Leone et d’autres pays.

Je partagerai mon temps, mon énergie et mes ressources matérielles avec celles et ceux qui en ont besoin

Le deuxième entraînement à la pleine conscience

Comment le Covid-19 a changé les choses?

Lorsque la crise du Coronavirus a commencé, tout a été consolidé en une seule église en un seul jour. Le centre s’est transformé en une banque alimentaire, car l’approvisionnement en nourriture est devenu la priorité. Il y avait beaucoup de dons de nourriture, et chacun avait un rôle différent : mettre en place les tables, déballer les sacs, séparer les dons en différents types de nourriture, comme les protéines et les glucides, les céréales pour le petit déjeuner, etc. Un de mes rôles consistait à acheter des légumes le matin avec ma remorque à vélo et à les apporter au centre.

Chaque semaine, nous distribuons des sacs à 60 ou 70 familles qui viennent au centre, puis 30 ou 40 autres sont livrées au domicile des gens. Le centre n’avait jamais organisé de banque alimentaire auparavant, mais les trois femmes étonnantes – Putina, Pauline et Vanessa – qui dirigent le centre ont fait preuve d’ingéniosité pour trouver la nourriture. Pendant ce temps, le centre a continué à offrir des vêtements et des conseils en matière d’immigration.

Comment les pratiques du Village des Pruniers vous ont-elles aidé?

Parfois, l’environnement au centre peut être assez chaotique. Il se peut que vous soyez en train de faire votre travail et que quelque chose d’autre se produise, comme des gens qui arrivent avec de la nourriture, quelque chose qui tombe de la table ou quelqu’un qui vous pose une question. La pleine conscience m’a aidé à créer une énergie constante. J’utilise la pratique de la pleine conscience du corps pour essayer de rester enraciné. Par exemple, j’ai suivi mon souffle pendant que je faisais les sacs. Cela m’a aidé à me sentir enthousiaste de revenir chaque semaine et de ne pas m’épuiser.

Souvent, il y a du temps pour s’asseoir et discuter avec les gens. Je suis très intéressé d’entendre les gens raconter leur histoire d’où ils viennent et comment se passe leur vie depuis leur arrivée ici.

Ces dernières années, le nombre de demandeurs d’asile au Royaume-Uni a connu une réelle augmentation. Les gens doivent attendre longtemps avant qu’une décision ne soit prise sur leur demande d’asile. Beaucoup de personnes qui nous demandent conseil attendent depuis plus de cinq ans. J’ai parlé à quelqu’un aujourd’hui qui attend depuis 14 ans !

Pendant leur période d’attente, ils doivent se présenter au siège social. C’est un processus long et fastidieux et ils sont frustrés et vraiment tristes. Il y a beaucoup de problèmes de santé mentale à cause de cela. Ils sont hébergés dans des logements qui ont été sous-traités par le gouvernement et qui sont maintenant gérés par le secteur privé, et qui ne sont pas aussi bons qu’ils pourraient l’être. Donc, à cause de tous ces défis, ils subissent de nombreux traumatismes.

J’aimerais en savoir plus sur les conseils en matière d’immigration, mais pour l’instant, je ne peux pas les aider avec des conseils spécifiques. Ce que je peux faire pour le moment c’est de les écouter, et c’est là qu’intervient la pratique de l’écoute profonde. Il me suffit de m’asseoir, d’être stable et calme dans mon corps, de garder un contact visuel et de garder ma compassion vivante. Je suis très heureux lorsque quelqu’un s’ouvre et parle de ce qu’il vit et de ce qu’il ressent, cela s’est produit assez souvent.

Parfois, j’avais ma guitare avec moi, et quand les gens l’apercevaient, ils voulaient en jouer aussi. Nous avons créé ce petit groupe de chant qui est devenu un événement régulier après le déjeuner. J’ai présenté quelques chansons de paix du Village des Pruniers. D’autres ont apporté leurs chansons et nous avons écrit les paroles et les avons apprises ensemble. C’est une excellente façon d’apporter de la joie.

Qu’est-ce qui vous a touché ou ému dans votre expérience au centre ?

Ma relation avec Godfrey a été très intéressante. Il demande l’asile et il est au centre depuis longtemps. C’est une personne qui aime s’impliquer dans la communauté. De retour au Kenya, il a aidé à diriger l’équipe de football locale. Il aime aussi danser et chorégraphier des danses. Souvent, nous prenons la guitare et nous nous mettons à chanter pendant que les gens attendent.

Nous nous sommes liés par le jardinage et par des conversations sur Dieu et la méditation. Nous considérons tous deux le jardinage comme une méditation silencieuse. Je lui ai parlé de ma compréhension de Dieu à travers le Bouddhisme et les Quakers. Godfrey a un passé de chrétien charismatique. En fait, nous parlons beaucoup d’amour – il semble que ce soit un mot auquel nous revenions toujours.

Les conversations que j’ai eues avec les gens du centre sont merveilleuses, mais il y a aussi eu des moments de calme, qui sont très agréables aussi. Parfois, quand nous revenions du jardin, nous arrêtions de parler et nous étions juste ensemble. Nous nous connaissions un peu, et nous pouvions donc nous installer dans le silence. C’est très agréable.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui envisagent de faire du bénévolat et s’engager davantage dans une cause qui leur tient à cœur ?

J’aime cette citation de Thich Nhat Hanh lorsqu’on lui demande ce qu’il faut faire face à tant de problèmes urgents :

Prenez une chose, et faites-la soigneusement et en étant complètement présent, et vous ferez tout en même temps.

Thich Nhat Hanh

Je pense que nous ne pouvons que commencer là où nous sommes, nous pouvons tout d’abord contempler la graine dans notre esprit de vouloir aider . J’y suis entré en voulant tout savoir, en voulant vraiment m’impliquer. Quand je suis arrivé, j’ai réalisé que c’est une Sangha ici. C’est une communauté de gens et chacun fait sa part pour aider les gens qui sont ici. L’étape suivante a été de trouver ce que je peux faire, et de le faire bien. Cela prend du temps.

Je pense qu’il est important d’avoir conscience de ce qui se passe déjà. C’est comme les mots sur le vitrail de la salle de méditation “l’eau tranquille” du Hameau du Haut : “Pleine conscience, concentration, vision profonde”. Si nous sommes attentifs et concentrés, alors l’intuition se fait jour. La perspicacité est ce que je peux faire pour aider. Cette perspicacité grandit. J’ai pris plus de responsabilités depuis que je suis là-bas. À chaque étape, je regarde la situation et je vois que “oui, c’est quelque chose que je sais que je peux bien faire, donc je ferais ensuite”. Cela prend du temps.


Vous pouvez écouter la musique de Joe ici.


Continuez à lire

Participer à la conversation

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Sharings
Inline Feedbacks
View all comments
Cacher le transcript

What is Mindfulness

Thich Nhat Hanh January 15, 2020

00:00 / 00:00
Montrer Cacher le transcript Fermer