Mise à jour: En raison du Coronavirus, le Village des Pruniers est fermé.

Thich Nhat Hanh : Chez Soi au Vietnam

Traduction d’un article écrit par Soeur Annabel Laity en anglais et publié dans Lion’s Roar

Cinq ans après son accident vasculaire cérébral, Thich Nhat Hanh mène une vie tranquille et contemplative dans le temple où il a vécu en tant que jeune novice. Sœur Annabel Laity partage l’expérience émouvante de visiter son maître dans ce temple.

La présence de Thich Nhat Hanh apporte un certain sentiment de paix au temple Tu Hieu, dans le centre du Vietnam. Les jardins sont entretenus avec plus de soin. Les gens se sourient davantage, et les bâtiments du temple ont subi quelques rénovations essentielles, qui préservent le style architectural du XIXe siècle.

On ne sait jamais quand Thich Nhat Hanh, dans son fauteuil roulant, accompagné de quelques frères et soeurs, sortira de ses quartiers pour une promenade tranquille dans le jardin. La disposition du jardin n’a pas beaucoup changé depuis qu’il y était novice à seize ans, et lorsque vous le suivrez dans le parc lors d’une promenade méditative, il vous indiquera les endroits dont il se souvient de sa période de novice.

Mon maître Thich Nhat Hanh, affectueusement connu sous le nom de Thay, se porte mieux que ce que ses médecins attendaient. On peut dire qu’il a eu un rétablissement miraculeux. Personne ne s’attendait à ce que son corps réabsorbe le sang de son hémorragie cérébrale de 2014. Chaque jour, il est confronté aux défis et à la douleur physique d’une victime d’accident vasculaire cérébral, mais sa force d’endurance est grande.

Dans notre tradition, celle du Village des Pruniers, nous avons neuf centres de pratique monastique. En novembre 2014, quand j’ai entendu parler pour la première fois de l’AVC de Thay, j’étais dans notre monastère en Thaïlande. Une réunion d’urgence a été convoquée pour les enseignants du Dharma du Village des Pruniers du monde entier. Comment pouvons-nous organiser au mieux notre pratique pour soutenir la guérison de Thay ? Les médecins en France n’étaient pas très optimistes, et ils nous ont fait croire qu’il y avait peu de chances de guérison pour Thay. Nous devions donc également discuter de la manière dont nous devrions organiser les obsèques dans l’éventualité où Thay entrerait en parinirvana (nirvana après la mort).

J’étais au bord des larmes après cette réunion. Je suis sortie sur le balcon du monastère et j’ai entendu les oiseaux chanter comme s’ils n’avaient aucun souci dans le monde. Je leur ai demandé : “Chers oiseaux, comment pouvez-vous être si joyeux alors que je suis si triste ?” et ils ont semblé me dire que Thay allait continuer à se manifester dans ce corps pendant beaucoup plus longtemps, peut-être pendant dix ans ou même plus. Depuis lors, j’ai nourri l’espoir que Thay parle à nouveau et peut-être même qu’il marche à nouveau.

Fin 2016, Thay a fait savoir à ses disciples qu’il souhaitait quitter la France pour se rendre dans notre grand monastère en Thaïlande. C’est la maison de tant de très jeunes moines et nonnes que nous appelons “la pépinière”. Beaucoup des plus jeunes n’avaient jamais vu Thay en personne. Quand il y est allé, quelle joie pour eux de s’asseoir avec Thay, de lui faire la cuisine et de s’occuper de lui. Des amis laïcs du Vietnam sont également allés en Thaïlande en grand nombre pour voir Thay.

À l’automne 2017, je suis retournée en Thaïlande et j’ai rendu visite à Thay dans sa hutte là-bas. Thay peut utiliser son bras gauche et, avec lui, il peut vous serrer très fort dans ses bras ou vous toucher la tête ou le front en signe de bénédiction. J’étais heureuse de sentir la présence physique de Thay, et nous avons pleuré ensemble. Thay me reconnaissait toujours et connaissait mon esprit, bien qu’il n’y ait pas de communication par les mots. Thay m’a tenu près de lui pendant un certain temps et, lors de mon départ pour l’Allemagne, il a posé sa main sur mon front. Je savais que Thay souffrait de graves maux de tête à cause de sa paralysie, et j’ai été émue par sa compassion et sa générosité en me voyant.

L’année suivante, Thay a fait savoir à ses disciples qu’il souhaitait se rendre dans le temple racine de notre tradition, le temple Tu Hieu à Huê, au Vietnam. Certains médias ont été mal informés et ont affirmé que Thay voulait retourner à son temple racine, l’endroit où il avait passé les plus beaux jours de sa vie de novice, afin d’y finir ses jours très bientôt. Il est vrai que Thay a indiqué qu’il souhaitait rester dans le temple racine jusqu’à la fin de sa vie, mais l’hypothèse selon laquelle il allait bientôt décéder était erronée. Les médecins orientaux qui traitent actuellement Thay disent que la force vitale en lui est encore forte, et nous n’avons aucune raison de penser que son passage au parinirvana est imminent.

Lorsque la décision de Thay de retourner au Vietnam a été annoncée, j’étais au Village des Pruniers en France pour notre retraite annuelle de trois mois. Comme beaucoup avaient encore peur que Thay nous quitte bientôt, une autre réunion des enseignants du dharma a été convoquée pour revoir ce dont nous avions discuté quatre ans plus tôt. Cette fois, je me suis rappelée ce que les oiseaux de Thaïlande m’avaient dit, mais je suis quand même allée de l’avant pour aider à organiser ce que nous ferions quand le parinirvana de Thay arriverait. De nombreux moines et nonnes d’Europe et des États-Unis avaient prévu de rendre visite à Thay au Vietnam, et on m’a conseillé de faire de même. Alors, je suis moi aussi allée au Vietnam.

Thay a sa propre petite maison sur le terrain de Tu Hieu depuis de nombreuses années maintenant et il s’y est installé. À Tu Hieu, il y a des moines qui sont des disciples de Thay et il y a aussi des moines qui ne pratiquent pas dans la tradition du Village des Pruniers. La présence de Thay les aide tous à vivre en harmonie. Thay ne fait aucune discrimination entre eux et ne demande pas : “Qui est mon disciple et qui ne l’est pas ? Thay veut seulement que le Vietnam ait des portes du Dharma efficaces qui peuvent aider ses compatriotes à moins souffrir.

Thay au temple de Tu Hieu – Janvier 2020

De nombreuses personnes viennent du monde entier pour pouvoir apercevoir Thay, mais ce n’est pas toujours possible. Parfois, le temps à Huê est trop humide ou trop froid, et Thay doit se rendre de l’autre côté de la chaîne de montagnes, près de Da Nang, afin de profiter d’un climat plus clément. Il arrive donc que les personnes qui viennent voir Thay soient déçues. Thay est et a toujours été timide, et choisit parfois d’éviter les grandes foules.

En effet, c’est un cadeau de le voir. La lumière dans ses yeux brille encore lorsqu’il regarde ses disciples ou le paysage. On sent vraiment que Thay est là dans le moment présent.

C’est un plaisir pour ses disciples monastiques de pouvoir manger avec Thay. Avant son AVC, Thay aimait toujours s’asseoir à table avec un certain nombre de moines et de nonnes. Il passait la plus grande partie du repas à nous distribuer les plats que ses assistants lui avaient préparés, et il mettait toujours beaucoup plus de nourriture dans les bols des autres que dans les siens. Après son AVC, lorsqu’il put finalement manger seul, Thay reprit la distribution de nourriture à ses disciples assis près de lui. J’ai été émue de voir Thay manger avec l’aide de son accompagnateur au Hameau du Bas du Village des Pruniers en 2016, peu de temps après son AVC. Ce n’était pas facile pour lui de mettre la nourriture dans sa bouche, mais plutôt que de se perdre dans des sentiments de frustration ou de honte, il était complètement là lorsque la nourriture se répandait sur lui, et vous pouviez voir qu’il s’entraînait à faire attention à manger en mâchant avec plaisir.

Thay offre sa présence lors des cérémonies au temple Tu Hieu. Bien que nous ne sachions pas toujours s’il pourra y assister ou non, nous pratiquons toujours comme si Thay était là. En 2016, peu de temps après son AVC, nous avons organisé une cérémonie de transmission de la lampe pour l’ordination de nouveaux enseignants au Village des Pruniers. Thay est entré dans la salle juste au moment où j’allais transmettre la lampe à une jeune soeur, et bien qu’il se soit trouvé de l’autre côté de la salle, je me suis redressée et je me suis assise plus droite, comme s’il me dirigeait.

Lorsque j’ai visité Thay à Huê, je l’ai vu comme la continuation du maître Dhyana Nhat Dinh (1783-1847), le fondateur de la lignée Tu Hieu. Vers la fin de sa vie, ce maître a demandé au roi la permission de se retirer de la vie publique. Nhat Dinh avait inlassablement servi la sangha et avait été le conseiller spirituel de la famille royale. Il s’est alors construit un petit ermitage sur le site où Thay séjourne actuellement afin de prendre soin de sa mère et de jouir de la grande liberté d’un moine réalisé. Thay, lui aussi, s’est retiré de la vie publique, et bien qu’il doive supporter de nombreux désagréments physiques, il a toujours le bonheur de la liberté d’un moine.

Je séjourne actuellement sur le terrain de l’ancien ermitage de Thay, dans le sud-ouest de la France. Cet endroit a bénéficié de la présence de Thay pendant plus de trente ans jusqu’à ce qu’il le quitte en 2016. Mais Thay n’est pas vraiment parti. Ses pas conscients sont entrés dans les sentiers. Son souffle conscient est devenu le vent qui souffle dans les peupliers. Sa paix et sa joie ont grandi dans la bambouseraie qu’il a plantée. Il en va de même pour le temple de Tu Hieu à Huê. La présence de Thay y laissera son énergie de compréhension et de compassion pendant de nombreuses années encore, et nous la ressentirons dans chaque feuille, chaque pierre.

Sœur Annabel (Soeur Chân Đức) est disciple de Thich Nhat Hanh depuis 1986 et, le 10 novembre 1988 en Inde, elle est devenue la première femme d’Europe occidentale à être ordonnée moniale par Thich Nhat Hanh

Participer à la conversation

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 Sharings
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Cacher le transcript

What is Mindfulness

Thich Nhat Hanh January 15, 2020

00:00 / 00:00
Montrer Cacher le transcript Fermer