View this website in

La pratique en cas de pandémie / Comment vivre avec la maladie ?

Soeur Annabel

Dans le cadre de notre série sur la pratique pandémique, nous vous proposons cet extrait d’un récent entretien de Soeur Annabel Chân Đức dans un magazine allemand. La question était la suivante : “Lorsque nous tombons malade et que nous ne sommes plus capables de faire les choses que nous pouvions faire peut-être une semaine auparavant, que nous nous sentons sans énergie, comment pouvons-nous continuer à profiter de la vie ou à vivre une vie qui ait du sens ?” Voici la réponse de Soeur Annabel.

Je me souviens que j’avais un frère aîné dans la pratique, Frère Giac Thanh, qui était très malade. Il souffrait d’un diabète très grave et perdait la vue. Il souffrait de gangrène, d’insuffisance rénale et hépatique, et de bien d’autres choses encore. Une fois, une femme est venue le voir et a voulu le consulter parce qu’elle aussi perdait la vue. Il lui a dit : “Ce qui est étrange, c’est que je perds la vue, mais chaque jour je suis plus heureux.”

“Ce qui est étrange, c’est que je perds la vue, mais chaque jour je suis plus heureux.”

L’année dernière j’étais capable de monter la colline jusqu’à l’église. Cette année, je ne peux plus le faire. Parfois, je regarde dans mon journal et je vois que j’ai écrit tous mes projets pour cette année – où je serai maintenant, où j’irai – et en fait je n’y suis pas. Je pense donc que quelque chose s’est mis en travers de mes projets. Mais en tant qu’être humain, nous avons la capacité à nous ouvrir à autre chose. Ainsi, lorsque quelqu’un est très malade et qu’il est sur son lit de mort, la plupart des chemins semblent fermés. Il n’est plus capable de marcher, de manger, de parler. Mais avec la pratique, un autre chemin s’ouvre. Et ce chemin c’est le chemin de la paix, une paix profonde, et de l’acceptation. C’est merveilleux qu’en tant qu’êtres humains, nous ayons cette capacité à ouvrir d’autres chemins lorsque certaines de nos capacités physiques sont diminuées.

“Lorsque quelqu’un est très malade et qu’il est sur son lit de mort, la plupart des chemins semblent fermés.”

Un jour, j’ai lu dans un journal un article à propos d’une infirmière australienne qui accompagnait des mourants dans un service de soins palliatifs. Elle voulait écrire un livre sur ce que les gens regrettaient. Elle demandait donc à ses patients : “Que regrettez-vous ?” La plupart d’entre eux lui répondaient une des cinq réponses suivantes. La première était “je ne me suis pas autorisée à être heureux.se”. La deuxième “j’ai trop travaillé. J’ai sacrifié trop de choses pour le travail”. La troisième était “je n’ai pas passé assez de temps avec mes ami.e.s”. La suivante “je n’ai pas partagé assez de choses avec ma famille”. Et enfin “je n’ai pas fait ce que je voulais faire”.

“Je ne me suis pas autorisée à être heureux.se”.

Ici, je voudrais ajouter quelque chose sur le sens de la vie. Nous devons examiner cela en profondeur et nous devons nous demander “qu’est-ce que je veux vraiment faire, qu’est-ce qui peut m’apporter de l’épanouissement ?” Et ne pas attendre qu’il soit trop tard. Je pense que le sens de la vie doit être quelque chose de spirituel – la vie matérielle ne peut pas nous apporter de satisfaction et d’épanouissement en tant qu’être humain.

“Le sens de la vie doit être quelque chose de spirituel – la vie matérielle ne peut pas nous apporter de satisfaction et d’épanouissement en tant qu’être humain.”

Ce qui est donc important pour moi en ce moment, c’est de vivre chaque instant de ma vie aussi profondément que possible. Et cela signifie que je dois éviter ces cinq regrets. Je dois m’autoriser à être heureuse. Je dois faire ce que j’ai envie de faire. J’ai besoin de pouvoir communiquer avec mes proches, les membres de ma Sangha. Et je dois pouvoir avoir du temps pour mes soeurs dans la communauté.

Toutes ces choses donnent un sens à ma vie et me permettront de n’avoir aucun regret.


Continuez à lire

Participer à la conversation

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Comment
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Cacher le transcript

What is Mindfulness

Thich Nhat Hanh January 15, 2020

00:00 / 00:00
Montrer Cacher le transcript Fermer