Marcher sur les traces du Bouddha

Lorsque nous visitons les lieux mêmes où le Bouddha a vécu et enseigné, nous découvrons le sens profond de ses enseignements. Shantum Seth nous emmène dans un pèlerinage sacré.

Shantum est un enseignant du Dharma laïc qui organise des pèlerinages en Inde.

Traduction d’un article paru dans Lion’s Roar le 31 mai 2022

Lumbini, dans l’actuel Népal, lieu de naissance de Siddhartha, possède des sites archéologiques ainsi que de nouveaux monuments construits par des organisations bouddhistes du monde entier. La pagode de la paix mondiale a été construite par des bouddhistes japonais.Photo by Giora Dan / © OUR PLACE The World Heritage Collection

Sur son lit de mort, le Bouddha a réconforté son disciple Ananda en lui disant qu’il y avait quatre endroits que ceux et celles qui avaient foi dans le bouddhadharma devaient visiter. Ces quatre lieux sont le jardin des délices de Lumbini, où il est né, l’arbre près de la rivière Niranjana à Bodhgaya, où il s’est éveillé, le parc des cerfs de Sarnath, où il a enseigné pour la première fois, et la forêt de Sal de Kushinagar, où il rendra son dernier soupir. C’était la façon dont le Bouddha disait qu’on pouvait toujours le trouver là où il avait marché et enseigné.

Lorsque nous entreprenons un tel pèlerinage, il ne s’agit pas que d’un simple voyage. C’est aussi un voyage intérieur.

Ainsi, au cours des 2 600 dernières années, des millions de pèlerins ont renouvelé et approfondi leur pratique en visitant les quatre sites énumérés par le Bouddha. De plus, d’autres lieux importants pour la vie du Bouddha ont été ajoutés au circuit de pèlerinage, comme Sravasti, où il a passé vingt-quatre de ses quarante-cinq retraites des pluies, et Kapilavastu, où il a passé ses premières années.

L’ensemble du chemin de pèlerinage s’étend sur environ 560 km d’est en ouest et 400 km du nord au sud, et le Bouddha est connu pour l’avoir parcouru à de nombreuses reprises. Ces voyages lui prenaient des mois, car il était souvent arrêté quelques jours à la fois par des personnes avides de ses enseignements.

Il marchait lentement, pieds nus et conscient de chaque pas. Sur les digues entre les rizières, le long des rivières, sur les chemins poussiéreux des villages, et sur les bords de route ombragés reliant les grandes villes de l’époque, il était accompagné de quelques-uns de ses disciples, chacun “laissant un espace entre eux pour le passage d’une vache”.

Ne portant que ses robes, son bol à aumônes, son filtre à eau et son aiguille, le Bouddha visitait les manguiers, s’asseyait près des étangs de lotus. Il dormait parfois en plein air, parfois chez les personnes. Avec ses compagnons monastiques, il partait chaque matin pour une tournée d’aumônes, s’arrêtant en silence devant chaque maison, sans attente. Parfois, ils étaient invités à prendre un repas chez l’un des bienfaiteurs du Bouddha. Après le repas, il partageait généralement un enseignement, et c’était l’occasion pour ses disciples laïcs de lui poser des questions.

Quelque deux cents ans après la mort du Bouddha, l’empereur Ashoka est arrivé au pouvoir. Il a consacré tellement de temps à la diffusion des enseignements du Bouddha que, sans lui, il est peu probable que le bouddhisme existe encore aujourd’hui. Ashoka a embrassé le Dharma après avoir mené une guerre meurtrière à Kalinga, au cours de laquelle plus de cent mille personnes ont été tuées. À partir de ce moment-là, Ashoka a fait le vœu de ne voyager qu’en pèlerinage, jamais pour la guerre ou la conquête. Il se rendit sur de nombreux sites associés au Bouddha, érigeant des piliers de pierre pour marquer le chemin sacré. Sur certains de ces piliers figurent des inscriptions, gravées en brahmi, qui décrivent comment le lieu était associé au Bouddha et à la sangha. Ces piliers ont aidé les archéologues de la fin du XIXe siècle à vérifier l’authenticité et la pertinence de ces sites.

L’histoire a connu de nombreux grands pèlerins bouddhistes, dont certains ont laissé des traces des voyages périlleux qu’ils ont entrepris. Des pèlerins tels que Faxian (337-422 de notre ère) et Xuanzang (602-664 de notre ère) venaient de Chine. Ils ont traversé le désert désolé de Taklakaman, affrontant tout, du froid glacial aux vents brûlants, puis ont franchi les cols du haut Himalaya, trouvant les restes squelettiques des pèlerins précédents comme repères pour leur chemin. D’autres pèlerins sont venus de pays aussi éloignés que la Corée, le Japon, le Tibet, l’Afghanistan, le Bhoutan, le Sri Lanka, le Vietnam, la Thaïlande, la Malaisie, l’Ouzbékistan et la Grèce.

Ce voyage sacré sur les traces du Bouddha nous permet de faire l’expérience des lieux mêmes où le Bouddha a vécu. Nous pouvons encore rencontrer le genre de personnes qu’il a rencontrées, voir ce qu’il a vu et comprendre ses enseignements dans le contexte de l’époque à laquelle il a vécu. Ensemble, faisons ce voyage sacré.

Sarnath

Le Dhamek Stupa de brique et de pierre à Sarnath est l’endroit où le Bouddha a enseigné pour la première fois et a établi sa sangha. Giannis Papanikos / shutterstock

Nous commençons notre pèlerinage à Sarnath, en entrant dans le parc des cerfs avec ses vieux margousiers majestueux. Alors que nous nous dirigeons vers le stupa cylindrique en brique et en pierre de 45 mètres de haut, nous prenons chaque pas en pleine conscience, sachant que nous marchons sur les traces du Bouddha.

Le Bouddha était venu ici dès qu’il avait quitté son lieu d’illumination à Bodhgaya, car il voulait partager le Dharma avec ses anciens compagnons ascétiques. Comme Sarnath est à 241 Km de Bodhgaya, il lui a fallu une quinzaine de jours pour venir jusqu’ici.

Lorsque le Bouddha est enfin arrivé, ses anciens compagnons l’ont reconnu mais ont décidé de ne pas le saluer, car ils avaient la sensation qu’il s’était écarté du vrai chemin. Mais la luminosité de sa présence était si forte que, malgré eux, ils lui offrirent de l’eau et un endroit pour s’asseoir, et leur scepticisme disparut lorsqu’ils écoutèrent le Bouddha partager ce qu’il avait découvert. C’était la première fois qu’il offrait ses enseignements révolutionnaires sur la voie du milieu, les quatre nobles vérités et l’octuple sentier, et l’on rapporte que le plus âgé des ascètes, Kondanna, devint immédiatement pleinement éveillé.

Le Bouddha est resté à Sarnath jusqu’à la fin de la saison des pluies, permettant à de nombreuses personnes de l’écouter et de devenir ses disciples. C’est également ici qu’il a offert son deuxième enseignement crucial sur le non-soi, révolutionnant la pensée spirituelle de son époque. Lorsqu’il a finalement quitté la région, il a demandé à ses moines de partir chacun dans une direction différente afin de transmettre ses enseignements au plus grand nombre.

Bodhgaya

L’ancien temple de la Mahabodhi à Bodhgaya, en Inde, marque l’endroit où le Bouddha aurait atteint l’illumination. Il a eu une grande influence sur le développement des traditions architecturales bouddhistes ultérieures, notamment les pagodes d’Asie de l’Est et du Sud-Est. Photo par Cecolussi / iStock.com

Le Bouddha lui-même est ensuite retourné à Bodhgaya, le lieu de son éveil. Ici, l’endroit le plus important pour le pèlerin des temps modernes est la dalle de pierre sous l’arbre Bodhi, qui marque l’endroit exact où le Bouddha s’est éveillé. Le temple de briques de la Mahabodhi a été construit sur le site il y a environ 1 600 ans et est visité chaque année par des millions de pèlerins du monde entier. Il s’agit d’un magnifique temple pyramidal de 55 mètres de haut, doté d’un stupa. Dans le sanctum sanctorum se trouve une statue de Bouddha de trois mètres de haut, peinte en or, datant du Xe siècle, dont la base représente la déesse de la terre que le Bouddha a invoquée pour être témoin de son éveil.

On dit qu’après son éveil, le Bouddha a passé une semaine assis sous l’arbre Bodhi, à profiter de son nouveau sentiment de liberté, puis il a passé une semaine chacun sur six autres sites que nous pouvons visiter dans le complexe du temple de la Mahabodhi : un lieu connu aujourd’hui sous le nom de sanctuaire inébranlable, d’où le Bouddha contemplait l’arbre Bodhi dans la gratitude et la contemplation ; un sentier où il pratiquait régulièrement la méditation marchée ; un sanctuaire orné de joyaux à l’endroit où il a développé la compréhension de l’origine dépendante ; le lac près duquel un cobra royal aurait protégé le Bouddha pendant un orage ; et un arbre sous lequel il a rencontré des marchands qui lui ont offert de la nourriture.

Ce complexe de temples est animé par des multitudes de pèlerins dévots, qui pratiquent tous selon leurs propres traditions : se prosterner, méditer, chanter, faire des circumambulations, réciter des textes, étudier, prier, faire tourner des moulins à prières, utiliser des perles de mala pour la méditation ou la récitation, allumer des lampes à beurre et des bougies, et faire des offrandes sous forme de fleurs, de parfums, de mandalas, d’eau ou même d’argent. Au milieu de tout cela, nous pouvons entendre l’appel à la prière de la mosquée voisine et les chants du temple hindou Jagannatha voisin. Il y a aussi des sanctuaires hindous shaivites à l’intérieur du complexe de la Mahabodhi, dont s’occupe un prêtre hindou. C’est en quelque sorte une mêlée harmonieuse.

Près du temple coule la rivière Niranjana, et vous pouvez vous promener sur ses rives comme le Bouddha l’a fait. Les enfants que vous rencontrez ici et dans le village ne sont probablement pas très différents des enfants que le Bouddha a rencontrés.

Rajgir

On pense que c’est au pic des Vautours, à Rajgir, que le Bouddha a prononcé de nombreux sermons importants, notamment ceux décrits dans le Soutra du Cœur et le Soutra du Lotus. Dymov / iStock.com

Rajgir se trouve à 80 km plus loin, le long d’une chaîne d’anciennes collines. C’est dans cette ville ancienne que le roi Magadhan Bimbisara a offert au Bouddha son premier don de terre, un bosquet de bambous. Les vestiges de la ville fortifiée sont toujours là, tout comme les sources chaudes où le Bouddha s’est baigné et la grotte où le premier conseil bouddhiste s’est tenu quelques mois après sa mort. Mais le rappel le plus frappant de la présence du Bouddha à Rajgir est le pic du Vautour, où il a donné de nombreux enseignements importants sur le Dharma. La zone qui l’entoure est une forêt protégée, de sorte qu’elle a toujours l’apparence qu’elle avait il y a 2 600 ans.

Vaishali

En traversant le vaste fleuve du Gange et ses îles sablonneuses, nous arrivons à Vaishali, où le Bouddha a rencontré la courtisane Amrapali et a accepté un repas dans son bosquet de manguiers. Elle a ensuite donné le bosquet au Bouddha. C’est également ici qu’il est revenu sur sa décision antérieure de ne pas admettre les femmes et a accueilli une cinquantaine de nonnes dans la sangha, sous la direction de sa belle-mère, la reine Maha Prajapati Gautami. Cent ans après sa mort, le deuxième conseil bouddhiste s’est tenu à Vaishali et, bien plus tard, en 1958, des archéologues ont découvert ici les restes d’un stupa qui abritait des reliques du Bouddha. Ils se trouvent aujourd’hui au musée de Patna, une ville voisine.

Le Bouddha a fait sa dernière retraite des pluies à Vaishali, et c’est au cours de cette retraite qu’il a confié à Ananda qu’il allait mourir dans trois mois. Ils ont alors commencé à marcher vers le nord. Les gens de Vaishali les suivirent, les talonnant pendant 56 km jusqu’à Kesariya. Pour persuader les personnes de rentrer chez elles, le Bouddha s’est arrêté et leur a donné son bol à aumônes. Aujourd’hui, il y a un énorme stupa à Kesariya, dont on dit qu’il a servi de modèle au stupa de Borobudur à Java.

Kushinagar

Le stûpa Parinirvana de Kushnigar a été construit par le gouvernement indien en 1956 pour commémorer les 2 500 ans de la mort du Bouddha. Photo par Aeypix / shutterstock

Après avoir parcouru 120 km vers le nord, nous arrivons à Kushinagar, où le Bouddha s’est allongé pour mourir dans une forêt, entre deux arbres Sal, sous une pluie de fleurs. À trois reprises, il a demandé aux centaines de personnes qui s’étaient rassemblées si quelque chose n’était pas clair concernant les enseignements et la pratique, et à chaque fois, le silence s’est fait, ce qui impliquait que ses enseignements avaient été bien compris. Il a fermé les yeux, puis les a ouverts une dernière fois alors que le soleil se couchait. “Toute réalité conditionnée est sujette à la décomposition, continuez avec diligence”, a-t-il dit. Ce furent ses derniers mots.

La nouvelle du décès du Bouddha s’est répandue et les personnes sont arrivées en grand nombre. Au bout d’une semaine, le corps du Bouddha a été emmené sur la rive de l’Hiranyavati pour être incinéré. Alors que la crémation était sur le point de commencer, un messager est venu dire que l’aîné Maha Kashyapa arrivait au nord avec cinq cents moines. Maha Kashyapa arriva, fit trois circumambulations autour du corps, puis alluma le bûcher. Un magnifique stupa a été érigé à cet endroit.

Avant même que le bûcher n’ait refroidi, une guerre a failli éclater pour les reliques, jusqu’à ce qu’un prêtre brahmane local suggère de les diviser afin que chacun puisse avoir sa part. Aujourd’hui, il est émouvant de s’asseoir près de la statue de Bouddha couché de 5.4 mètres à Kushinagar et de contempler ses profonds enseignements sur ” la non-naissance et la non-mort “.

Lumbini

En voyageant plus au nord, à quelques kilomètres de la frontière entre l’Inde et le Népal, nous arrivons à Lumbini, le lieu de naissance du Bouddha. À la fin de sa grossesse, la reine Maha Maya, mère du Bouddha, se rendait de son domicile conjugal à celui de sa mère pour y accoucher. À mi-chemin du voyage, elle s’arrêta pour se reposer dans le magnifique jardin des délices de Lumbini, qui bordait les royaumes Koliya et Shakya. On raconte qu’alors qu’elle se reposait dans le jardin, les douleurs de l’accouchement ont commencé. Elle s’est dirigée vers un arbre en fleurs et s’est accrochée à l’une de ses branches avec son bras droit pendant que le bébé naissait. Cette image reflète la tradition tribale des nymphes arboricoles. Par ailleurs, tous les événements majeurs de la vie du Bouddha – sa naissance, son éveil et sa mort – se sont déroulés sous des arbres et ont eu lieu à la pleine lune du mois de Baisakh, qui se situe généralement en mai.

À une centaine de kilomètres à l’est de Lumbini se trouve Sravasti. On y trouve les vestiges d’une ancienne ville et un magnifique parc, le Jetavana, une autre parcelle de terre donnée à la sangha du Bouddha de son vivant. Ce lieu est important car le Bouddha y a passé plus de temps que partout ailleurs. C’est là qu’il a offert la plus grande partie de ses enseignements et qu’il a converti le redoutable tueur en série Angulimala.

Lorsque l’on entreprend un tel pèlerinage, il ne s’agit pas seulement d’un voyage. C’est aussi un voyage intérieur. Nous découvrons que des graines qui dorment habituellement en nous sont arrosées dans notre conscience de tréfonds C’est une merveilleuse façon de nous connaître, car nous avons l’occasion d’être plus attentifs à tout ce qui se passe à l’intérieur et à l’extérieur de nous.

Lorsque nous contemplons les enseignements du Bouddha dans les lieux où il les a transmis, ils acquièrent un sens plus profond. Nous vivons des moments d’éveil qui renouvellent notre foi dans les pratiques et les enseignements du Bouddha. Nous respirons avec lui. Nous marchons avec lui. Nous rencontrons le Bouddha.


Continuez à lire

Participer à la conversation

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Sharings
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Cacher le transcript

What is Mindfulness

Thich Nhat Hanh January 15, 2020

00:00 / 00:00
Montrer Cacher le transcript Fermer