View this website in

Un Havre de Paix

Dans cette lettre touchante, Sœur Chân Tuệ Nghiêm raconte ses premières visites au Village des Pruniers, comment elle a décidé de devenir nonne, comment elle a suivi le chemin monastique et comment elle a fait pour pratiquer lorsque sa mère est morte.

Mes chers jeunes frères et sœurs,

Le jour où je suis arrivée au Village des Pruniers, il y a trente ans, tu venais d’avoir un an. Vous ne pouvez pas imaginer ce qu’était le Village des Pruniers, ni ce que j’étais en tant que jeune femme de vingt-deux ans, n’est-ce pas ? Tu me demanderais pourquoi tu es venue au Village des Pruniers alors qu’il y avait si peu de personnes ici et que les conditions de vie étaient si simples ? Qu’est-ce qui vous a fait choisir le Village des Pruniers comme havre de paix pour vivre la vie d’un moine ? Trente ans, c’est long, mais ça passe aussi très vite.

Je suis arrivée au Village des Pruniers pendant la retraite d’été de 1992. Le Village des Pruniers fêtait son dixième anniversaire et s’appelait encore “Village des kakis”. Ma première impression a été que – j’étais de retour dans mon pays natal, le Vietnam. Bien que j’aie grandi aux États-Unis depuis l’âge de dix ans, j’avais la sensation de ne jamais m’être vraiment intégrée dans l’environnement et la société de ce pays. Je n’étais pas reconnue comme américaine à cause de mes cheveux noirs et de ma peau jaune.

Un sentiment d’appartenance

En venant au Village des Pruniers cette année-là, j’ai fait la connaissance de nombreuses jeunes personnes vietnamiennes qui avaient également grandi en Occident. Tous ressentaient peut-être la même chose que moi et, par conséquent, lorsque nous nous réunissions, nous pouvions nous accepter complètement les uns les autres. Chacun a ouvert son cœur pour s’aider, se soutenir et s’aimer. L’atmosphère du Village des Pruniers, les enseignements du Dharma de Thay et la présence des frères et sœurs ont créé un environnement vraiment sain et pur, rempli de sérénité et d’amour. En une semaine seulement, notre groupe de jeunes personnes était devenu des amis proches. Je me suis nourrie de cet amour et de cette amitié tout au long de ces 30 années. C’est ici mon véritable foyer, car c’est ici que j’ai trouvé l’amour, l’humanité, l’acceptation, la joie, la sécurité et les enseignements qui m’aident à affronter les difficultés et à vivre dans la bonté.

Thay aimait voir les personnes, jeunes hommes ou jeunes femmes, porter la longue robe traditionnelle vietnamienne. Nous avons eu de nombreuses occasions de porter la longue robe pendant la semaine, en écoutant l’enseignement du Dharma de Thay, pendant la méditation du thé ou lors de diverses cérémonies. Vous savez quoi, ma chère ? C’était la première fois de ma vie que je portais la longue robe régulièrement comme ça. Après le déjeuner et le dîner, les jeunes amis se réunissaient sous les deux chênes du Hameau du Bas, près de la bambouseraie. Chaque jour, je me nourrissais et grandissais un peu grâce aux chants, à la musique zen, aux rires pétillants et à l’amitié. Au bout d’un mois, je suis rentrée aux États-Unis avec de la joie et de la chaleur dans le cœur. Je savais que j’avais trouvé un chemin beau et sain et, en plus, il y avait des amis si adorables et si gentils d’Europe et d’Amérique qui le parcouraient avec moi.

J’ai décidé de revenir vivre au Village des Pruniers pendant un an. Je venais d’obtenir mon diplôme universitaire et c’était le moment pour moi d’explorer le monde avant de poursuivre mes études. Je suis revenu juste avant la retraite d’hiver. Il y avait une grande différence entre l’été et l’hiver. Cette fois, il n’y avait qu’une quinzaine de frères et sœurs et quelques amis laïcs. J’étais la seule jeune personne du Hameau du Bas. L’air était froid, la pluie humide, et la boue boueuse. Mes amis n’étaient pas là, il n’y avait pas de télévision, pas de films, pas d’internet, et il n’était pas question de s’occuper pour éviter de se confronter à soi-même. J’ai eu beaucoup de mal à traverser cette période. Il y avait suffisamment d’espace et de conditions pour que certaines douleurs et souffrances profondément ancrées dans le passé se manifestent. Je n’avais pas d’autre choix que de trouver des moyens de soulager ma douleur et ma souffrance. Heureusement, les enseignements de Thay, l’amour des sœurs et de mon frère de sang, Frère Phap Dang, m’ont permis d’avoir le courage de revenir à moi, de prendre soin et de regarder dans mon esprit.

Un élément qui m’a beaucoup aidé est la nature, la Terre Mère. En dehors des repas, du repos, du sommeil et de la méditation assise, je passais toute la journée dans la nature pour être avec les arbres, le ciel et la terre. La nature est devenue une amie chère qui m’a aidé à avoir la joie et la force nécessaires pour faire face à ma douleur intérieure.

Le Village des Pruniers était encore très pauvre à l’époque. Les maisons étaient simples et miteuses. J’ai dormi dans un bâtiment qui servait autrefois à sécher le tabac. Le bâtiment avait des murs en briques rouges et un sol en ciment. Nos lits n’étaient qu’une planche de bois posée sur quatre briques. Si vous vouliez utiliser les toilettes au milieu d’une nuit froide, vous deviez aller dehors. Il n’y avait pas d’eau chaude dans la salle de bain. Une douche chaude était considérée comme un miracle et un grand bonheur ! Pouvez-vous imaginer que la seule chose que j’ai toujours chérie et pour laquelle j’ai été reconnaissante était le chauffage central dans cet édifice ? Il y avait d’autres maisons qui n’avaient qu’un petit poêle à bois dans la pièce pour se chauffer. Lorsque le bois de chauffage s’épuisait dans la nuit, ces pièces étaient aussi froides que l’extérieur.

Bien qu’il n’y ait qu’une douzaine de frères et sœurs, l’atmosphère était chaleureuse et douillette, comme une famille. Nous chantions avant la méditation marchée et après les repas, nous nous réunissions souvent pour boire une tasse de thé parfumé, pour chanter, réciter des poèmes, rire et partager des histoires. Quelle que soit l’activité de la sangha, tout le monde était présent. Malgré sa pauvreté, le village des Pruniers était riche d’amour, de fraternité, de sororité et d’amitié. Mon cœur a continué à s’ouvrir. Je chérissais chaque jour, je chérissais l’occasion de revenir à une vie simple et saine où nous avions le temps de nous renouveler. Ce mode de vie me faisait me sentir comblée, comme si je réalisais un rêve longtemps attendu.

A partir de la gauche: Sr. Dinh Nghiem, Sr. Tue Nghiem, Sr. Giai Nghiem

Les yeux de la pratique

Après avoir passé un an au Village des Pruniers, je suis retourné aux États-Unis. J’ai eu la sensation d’avoir vécu au sommet d’une haute montagne, loin du monde pendant un an. Rentrer chez moi, c’était comme descendre de la montagne pour entrer dans une vie pleine de malheurs et de problèmes. Mais cette fois, mes yeux étaient brillants pour voir les choses que je n’avais pas vues auparavant ou que je prenais pour la norme.

La première chose que j’ai vue, c’est que tout le monde travaillait pour amasser de l’argent. Cela semblait être le mode de recherche du bonheur de chacun. La consommation créait tellement de déchets pour la Terre Mère et peu le remarquaient. La deuxième chose que j’ai vue, c’est que tout le monde avait des difficultés et des souffrances mais ne savait pas comment les gérer. Ils ne cherchaient que des moyens de s’échapper et d’oublier, causant ainsi tant de douleur pour eux-mêmes et leurs proches. J’ai également vu les difficultés que mes sœurs et frères de sang rencontraient dans leurs relations avec leurs conjoints et leurs enfants. Pendant ce temps, mon frère aîné, devenu moine, vivait dans la joie et aidait de nombreuses personnes à toucher le bonheur. La vie simple et profonde d’un moine au Village des Pruniers était mon chemin, ma direction. C’est pourquoi j’ai décidé de retourner au Village des Pruniers et de demander à devenir nonne.

Suivre le chemin monastique

Trente ans, c’est un long voyage. Avec le recul, je constate que j’ai traversé de nombreuses étapes de changement, tant en moi-même qu’au sein de la communauté du Village des Pruniers. Je me souviens qu’avant de me lancer dans la vie spirituelle, j’avais aussi des craintes et des inquiétudes. Serais-je heureuse et marcherais-je sur ce chemin pleinement pour la vie ? J’ai regardé mon frère et Thay – deux personnes qui marchaient solidement, heureuses, et qui aidaient à soulager la souffrance de beaucoup d’autres. Cela m’a donné la ferme conviction d’entrer dans une nouvelle vie de jeune monastique.

Il y a certainement eu des hauts et des bas dans ma vie monastique. Mais ces moments m’ont aussi aidée à réaliser que le but de ma vie de moniale était précisément de gérer mes difficultés intérieures, d’en comprendre les racines et de les transformer. Il y a eu des moments où j’ai vu que j’étais encore faible face aux relations affectives. J’ai lutté avec mon esprit, mais j’ai fait la détermination claire que j’avais été ordonnée pour être libre de tout enchevêtrement émotionnel, afin de pouvoir cultiver l’amour d’un bouddha dans mon cœur. Peu à peu, j’ai compris que le noble objectif de la vie monastique est de transformer la souffrance, d’accéder à la lumière du bonheur et de la liberté, et de devenir un instrument du Dharma capable d’aider les autres à voir une voie belle et saine. Avec le recul, je constate que les difficultés ont été la nourriture qui a renforcé et nourri mon esprit de débutant. Elles m’ont permis de toucher un espace intérieur et une compréhension plus profonde de moi-même.

Les difficultés étaient là, mais en même temps, la joie, le bonheur et la paix étaient aussi toujours présents. Chaque jour, j’ai grandi en tant que nonne au milieu des chants, des poèmes, des gathas, de la nature, des rires, de la fraternité et de la sororité, tous nourrissants et salutaires. Que faut-il de plus ? J’avais déjà ce dont je rêvais pour ma vie. Je n’avais plus besoin d’errer ici et là à la recherche du bonheur. Le bonheur et la paix sont des qualités tangibles que je peux toucher et savourer chaque jour. Lentement, mes difficultés séculaires se sont transformées à mon insu.

Plus je vis dans la sangha, plus je vois comment je me métamorphose. Plus je pratique, plus je vois des merveilles se manifester autour de moi et en moi. Plus je pratique, plus je comprends des choses qui n’étaient que des théories pour moi auparavant.

Toucher le chagrin, toucher l’inter-être

Le décès de ma mère est l’événement qui m’a le plus secoué dans ma vie. Maman était déjà malade depuis six ans. Son corps est devenu de plus en plus faible et a perdu la capacité de fonctionner normalement. Lorsque maman est décédée, j’ai eu la sensation qu’il était temps pour elle de se défaire de ce corps âgé et malade. Je savais qu’elle était continuée par ses enfants et petits-enfants. Cependant, lorsque maman est partie, j’ai ressenti un vide dans mon cœur – Je ne verrai plus jamais sa silhouette, je n’entendrai plus sa voix et je ne pourrai plus jamais l’étreindre et la toucher physiquement.

Soudain, j’ai ressenti une grande perte et un chagrin intense. Depuis ma première visite au Village des Pruniers, j’avais déjà appris que ce n’est qu’en embrassant la sensation de perte et de chagrin que je pouvais la comprendre, la calmer et la transformer. Ces entraînements étaient devenus une cloche de pleine conscience, m’aidant à revenir pour apaiser et transformer ma perte et mon chagrin. Lorsque je suis revenue à moi avec l’énergie de la pleine conscience dans chaque respiration, j’ai reconnu la vérité que ma mère était présente en moi. Je pouvais être en contact avec elle. Maman est là. Elle est toujours là. Nous sommes la continuation de notre mère à travers nos vertus et nos habitudes. Il nous suffit de revenir à la respiration, au corps et au moment présent pour voir notre mère en nous. C’est une vérité, la vérité de l’inter-être. La mère et l’enfant ne font qu’un. L’enfant est une continuation de la mère.

Lorsque j’ai touché cette vérité, le chagrin et le sentiment de perte se sont progressivement transformés. Chaque fois que je me sentais mal à l’aise, je revenais au corps et à la respiration, en appelant silencieusement “Maman, oh chère maman”, et ma mère était là tout de suite pour m’aimer et m’aider à affronter l’esprit de malaise. J’ai réalisé que je pratiquais pour moi-même et en même temps pour ma mère. Voir l’inter-être entre la mère et l’enfant est la porte qui me permet d’arriver à la vision de mon inter-être avec tout le monde, avec le cosmos.

Mes chers jeunes, si nous pouvons goûter à la vision du non-soi et de l’inter-être à travers notre propre corps et notre esprit, alors nous pouvons goûter au bonheur et à une grande liberté ici et maintenant. C’est le véritable chemin d’un monastique.


La lettre d’information du Village des Pruniers

Cet article a été publié à l’origine dans la lettre d’information du Village des Pruniers et traduit en français. Si vous souhaitez en commander une copie physique ou en format pdf, vous pouvez le faire en faisant un don sur le site web de Parallax Press. Le magazine est en anglais.


Continuez à lire

Participer à la conversation

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Sharings
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Cacher le transcript

What is Mindfulness

Thich Nhat Hanh January 15, 2020

00:00 / 00:00
Montrer Cacher le transcript Fermer