View this website in

Bouddhisme engagé / La famille Arc-en-Ciel : S’engager avec la souffrance dans le moment présent

La construction de la communauté Arc-en-ciel est un travail en cours depuis plusieurs années au Village des Pruniers et nous en récoltons maintenant lentement les fruits. Dans cet article le frère Chan Troi Bao Tang explique la valeur et les avantages de la famille arc-en-ciel : les communautés de personnes LGBTQIA+ dans la tradition du Village des Pruniers.

Je me sens privilégié d’avoir Thay comme maître et d’avoir la possibilité de suivre une formation complète de moine dans l’ordre monastique du Village des Pruniers. J’ai beaucoup appris depuis mon arrivée au Village des Pruniers en octobre 2009. C’est à cette époque que j’ai laissé derrière moi ma vie professionnelle en Indonésie et que j’ai aspiré à vivre une vie contemplative avec un maître très inspirant et une communauté de pratique très engagée. J’ai appris et réappris beaucoup de choses au Village des Pruniers, comme la méditation, la façon d’aimer et de se réconcilier avec moi-même et ma famille de sang, la vie en communauté, la formation monastique, le bouddhisme appliqué et la façon de pratiquer l’engagement avec le monde en dehors du monastère.

Je suis heureux que ma communauté fête son 40e anniversaire car elle est capable de poursuivre l’héritage de notre maître, Thay, et continue à s’engager dans la création de la paix par la voie de la compréhension et de l’amour dans de nombreux aspects de la vie : les jeunes, les personnes, les dirigeants, les enseignants, la santé, la science, le climat et l’injustice sociale. J’ai apprécié les nombreux enseignements donnés par nos frères et sœurs monastiques plus âgés et je suis également inspirée par la façon dont beaucoup d’entre eux apportent leur profonde compréhension dans leur engagement avec la société.

La famille Arc-en-ciel du Village des Pruniers.

Depuis la retraite Wake Up en 2016, je me suis engagé dans une communauté de pratique du Village des Pruniers qui se nomme elle-même la ” famille Arc-en-ciel “. Il s’agit d’une communauté qui se compose de personnes ayant des identités de genre et des orientations sexuelles diverses, LGBTQIA+ (Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Transgenres, Queers et Questionneurs, Intersexes, Asexuels et comprend également les divers spectres de genre et d’orientation). Parmi les nombreuses souffrances que connaît le monde, les personnes identifiées comme LGBTQIA+ vivent encore aujourd’hui avec différents degrés de souffrance et de discrimination, depuis les jugements inconscients de la famille et de la société jusqu’aux menaces de mort prévues par la loi dans de nombreux pays. Cette souffrance est simplement due au fait qu’elles font de leur mieux pour être belles, pour être elles-mêmes, et à la façon dont ces personnes s’aiment. En tant que monastique arc-en-ciel, au début, il m’était également très difficile de pratiquer “être beau, être moi-même”, car cela n’a pas encore été pleinement accepté dans la conscience collective des humains. En voyant toute la souffrance qui se passe dans la communauté arc-en-ciel, j’ai ressenti le besoin de me révéler et de m’engager auprès de la communauté, d’offrir ma pratique, ma présence, avec l’aspiration d’apprendre ensemble et de comprendre plus profondément. 

Un rassemblement en ligne Arc-en-ciel des pratiquants du Village des Pruniers

Joyeusement ensemble comme une famille Arc-en-ciel

Aujourd’hui, nous avons de nombreuses “familles Arc-en-ciel” dans le monde entier, comme en France (Sangha Queer Paris et Marseille), au Royaume-Uni, en Irlande, en Indonésie, en Allemagne (Berlin et Fribourg), aux États-Unis (Chrysanthème et Cosmic Body), à l’International LGBTQIA+ Sangha et sur l’application PlumVillage. Toutes ces communautés sont des espaces pour pratiquer la pleine conscience dans la tradition du Village des Pruniers et un refuge pour nos pratiquant·e·s laïc·ques et monastiques qui s’identifient comme LGBTQIA+. Certains frères et sœurs monastiques et moi-même avons participé à de nombreuses activités de ces sanghas. Il est très inspirant de voir de nombreuses personnes de tous âges et d’orientations sexuelles très diverses se réunir pour partager la pratique, profiter de la transformation des autres et se nourrir mutuellement, qu’il s’agisse d’une retraite en personne ou en ligne.

Les pratiquant·e·s laïc·ques de l’Arc-en-ciel, les membres de l’Ordre de l’inter-être et les monastiques travaillent main dans la main pour construire une famille spirituelle. La famille est un espace sûr et un refuge. De nombreux allié·e·s viennent également aider à construire la communauté, car ils·elles ont soutenu leurs proches, leur père, leur mère, leur fils, leur fille, leurs cousins, leurs amis, qui peuvent souffrir parce qu’ils·elles s’identifient comme LGBTQIA+ et sont confrontés à la discrimination et à d’autres difficultés.

J’ai pu participer à de multiples retraites LGBTQIA+ dans la Tradition du Village des Pruniers, à des partages du Dharma, à l’EIAB, à la Montagne du Dharma, à des retraites en ligne. Chaque retraite ou partage du Dharma apporte toujours la guérison aux personnes, laïques ou monastiques. C’est parce que chacun d’entre nous est confronté plus ou moins à la même difficulté d’être soi-même et d’être heureux. 

Arroser les graines de la conscience dans la communauté monastique

Pour moi, une diligence juste et continue est nécessaire pour arroser les graines de la compréhension, de la compassion et de la conscience, afin qu’il y ait plus de compréhension dans notre communauté monastique engagée sur les préoccupations LGBTQIA+. J’espère vraiment que nous continuerons à être un refuge pour cette communauté.      

L’ordre monastique du Village des Pruniers est une véritable communauté bouddhiste engagée, j’ai été invité, lors d’une journée monastique de la Retraite des Pluies 2021, à proposer un atelier sur “Comprendre les LGBTQIA+”. C’était un moment très joyeux, il y avait plus de 60 monastiques qui se sont réunis avec leur cœur ouvert, avec l’aspiration de comprendre et de trouver des moyens de soutenir les pratiquants LGBTQIA+. Je me suis senti très touché par la présence et la curiosité de mes frères et sœurs monastiques, moines et moniales.

Dans la communauté bhikshu, il y a eu plusieurs partages sur ce sujet avec le même esprit d’ouverture, pour trouver des moyens de soutenir les pratiquants LGBTQIA+. Le Hameau du Haut, où je vis actuellement, a été d’un grand soutien en autorisant un partage du Dharma arc-en-ciel une fois par mois. Ceci avec le soutien total du conseil des maîtres du Dharma du Hameau du Haut , qui a été témoin de ce que nous avons parfois dû affronter pour faire en sorte qu’un partage du Dharma Arc-en-ciel soit possible. 

Regarder en profondeur

Les êtres humains, lorsqu’ils se trouvent différents de la majorité et que, par-dessus le marché, ils constatent que les personnes de leur entourage ne font pas preuve d’acceptation et de compréhension, peuvent trouver la vie très dure. C’est particulièrement vrai pour les personnes jeunes (enfants et adolescents) qui n’ont jamais été informées qu’ils pouvaient être différents. Ils doivent comprendre seuls ce qui leur arrive et, en même temps, ils doivent faire face à leur famille et à la société qui, la plupart du temps, ne sont pas très gentils avec eux. Beaucoup, par désespoir et par douleur, prennent leur propre vie ou souffrent seuls quotidiennement pendant très longtemps. J’ai moi-même subi ce genre de choc lorsque j’ai découvert que je n’étais pas hétérosexuel, jusqu’à ce que mes maîtres d’école me disent que ce n’était pas grave et que j’avais encore une chance d’aimer et d’être aimé comme tout le monde et que tout irait bien. Sans ces personnes, je n’aurais pas pu trouver la paix en moi, d’autant plus que je suis originaire d’Indonésie.

Je me suis demandé pourquoi je voulais m’engager dans la communauté arc-en-ciel, et je n’ai pas réussi à trouver la réponse exacte, car je ne suis pas un militant LGBTQIA+. Cependant, une chose est claire pour moi, c’est que j’aspire à soulager la souffrance et à contribuer à la croissance de l’humanité. La famille Arc-en-ciel du Village des Pruniers est un espace très sûr pour les pratiquants Arc-en-ciel, laïcs et monastiques. C’est un espace où nous pouvons partager qui nous sommes et comment nous sommes sans subir de pressions extérieures. La communauté offre un espace où nous pouvons regarder profondément en nous-mêmes et aussi en ce qui se passe dans la société. 

Les personnes LGBTQIA+ ne sont des ennemis pour personne, mais nous ne sommes que des amis inconnus pour la famille et la société. C’est la vision que j’ai acquise dans ma pratique. Cela m’a donné la liberté de permettre aux personnes d’être homophobes, de permettre aux personnes d’avoir des préjugés contre les personnes arc-en-ciel, et de leur permettre de prendre leur temps pour se transformer. L’existence de la famille Arc-en-ciel aidera à transformer l’homophobie et les préjugés, en particulier dans la communauté du Village des Pruniers dans le monde entier. Notre maître nous enseigne toujours qu’il faut d’abord prendre soin de nous-mêmes. La communauté du Village des Pruniers doit donc d’abord se transformer avant que nous puissions lui tendre la main. L’existence de la famille Arc-en-ciel fait également de cette dernière un ami familier pour le plus grand nombre de personnes possible. Cela apportera paix et bonheur à soi-même, à sa famille et à la société.

Planter des graines pour les générations futures

Mon aspiration, en tant que moine arc-en-ciel, est avant tout de vivre une vie de liberté et d’aider les personnes à vivre elles aussi en liberté, y compris les frères et sœurs LGBTQIA+, laïcs et monastiques. Nous avons tous la nature de Bouddha, nous avons tous la beauté en nous. J’aimerais voir les personnes arc-en-ciel vivre heureuses et libres et aimer en fonction de ce qu’elles sont. J’aimerais également aider mes frères et sœurs arc-en-ciel à vivre heureux et libres en tant que moines et nonnes, à pratiquer les préceptes et à cultiver le mérite et la vertu afin que nous puissions continuer l’héritage du Bouddha et de notre maître, Thay.

Au Village des Pruniers, j’ai eu l’occasion d’étudier le Vinaya classique, en pali et en chinois, traduit en anglais, et j’ai découvert avec surprise qu’à l’époque du Bouddha, le sujet du genre avait fait partie de la vie de la sangha du Bouddha. Lorsque j’ai lu le paragraphe du VinayaDharmaguptaka Vinaya 
Ordination Skandhaka, part5 
Taisho(CBETA edition) Vol.22 pp. 812-816 Translated by the Bodhi Translation Committee 
Published by the Bodhi Foundation for Culture and Education 
©2015 Bodhi Foundation for Culture and Education
Website: http://dharmaguptakavinaya.wordpress.com
en disant que lorsqu’un moine qui avait été ordonné bhikshu pendant un certain temps est devenu une femme, et que le Bouddha a dit qu’elle devait rejoindre la sangha bhikshuni et garder sa place dans l’ordre d’ordination. La même chose s’est produite pour une bhikshuni qui est devenue un homme, j’ai eu le cœur léger parce que j’ai eu la sensation qu’un homme peut être une femme et qu’une femme peut être un homme et que cela ne signifie pas que cette personne doit être exclue de la sangha. Ces récits me donnent une grande confiance dans l’enseignement du Bouddha et dans sa communauté, ainsi que dans le caractère inclusif de la communauté monastique du Village des Pruniers.

Lorsque je pense à la future communauté monastique du Village des Pruniers, j’aimerais voir que nous continuerons tous à pratiquer les entraînements monastiques à la pleine conscience (pratikmoksha), la respiration et la marche en pleine conscience, afin de construire l’unité, l’adelphité Une communauté qui continue à apporter la paix et la guérison à la société, en transformant la souffrance. Une communauté qui présente une plus grande diversité au sein de la communauté monastique et laïque, comme plus de nationalités, plus d’ethnies, plus de personnes de couleur, plus de diversité dans les genres et diverses orientations sexuelles.

Et un jour, les personnes LGBTQIA+ seront des amis familiers pour elles-mêmes, leur famille, la société, la nation et le monde et, au final, nous n’aurons plus besoin de la communauté LGBTQIA+ ou de la famille Arc-en-ciel car nous faisons simplement partie des êtres humains qui ne sont pas considérés comme différents des autres. C’est l’aspiration profonde que j’ai.


La lettre de nouvelles du Village des Pruniers

Cet article a été publié à l’origine dans la lettre des nouvelles du Village des Pruniers (en anglais uniquement). Si vous souhaitez en commander une copie physique ou en format pdf, vous pouvez le faire en faisant un don. sur le site web the Parallax Press.


Continuez à lire

Participer à la conversation

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Sharings
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Cacher le transcript

What is Mindfulness

Thich Nhat Hanh January 15, 2020

00:00 / 00:00
Montrer Cacher le transcript Fermer