View this website in

La pratique en cas de pandémie / Que pouvons-nous apprendre de ce moment?

Frère Phap Huu réfléchit à la manière dont nous pouvons utiliser cette période de souffrance mondiale comme un moment de transformation. Il suggère de lâcher prise, de chérir nos proches et de recentrer notre attention sur la planète.

Frère Phap Huu est un enseignant du Dharma du Village des Pruniers et l’abbé du Hameau du Haut. Il a passé de nombreuses années comme assistant de Thich Nhat Hanh, apprenant directement du Maître Zen

Lâcher prise

Comment pouvons-nous utiliser judicieusement ce moment de souffrance mondiale ? Je pense que cette question a été mon mantra, ma question de tous les jours. Cette question m’invite à me demander comment je veux utiliser au mieux ce moment de la pandémie, pour prendre le contrôle de la situation, et non pas seulement vivre dans la peur et l’incertitude. En ce moment, nous ne bougeons pas beaucoup et nous ne faisons pas régulièrement ce que nous voulons. Cela nous invite à apprendre à lâcher prise de ce que nous pensons être le bonheur.

Au début de l’année, nous avions tous des projets et des espoirs pour 2020. “2020” sonne comme un chiffre fantastique, nous aurions pu avoir une grande vision pour 2020. Nous pensions que cette année apporterait beaucoup de croissance en tant qu’individus et en tant que collectivité. J’avais réservé beaucoup de retraites et de nombreuses activités que j’allais proposer en Asie et dans différents pays d’Europe. De plus, au Village des Pruniers, nous nous préparions à accueillir de nombreuses retraites, qui sont des rassemblements joyeux. Nous nous réunissons en tant que famille spirituelle et avons la possibilité de pratiquer ensemble : s’asseoir dans le calme, marcher, manger et partager nos expériences. Soudain, tout cela est supprimé, et ce n’était pas notre choix. Ce n’était pas sous notre contrôle, mais le confinement était la bonne chose à faire.

Le premier sentiment pour moi était la tristesse. Je me suis dit : “Oh mec, et toute cette planification en 2019 pour laquelle nous avons mis notre énergie ?” Quand tous ces plans se sont évaporés, nous avons dû nous entraîner à lâcher prise. J’ai ressenti une certaine tristesse. À certains moments, j’ai pensé “Et si” et j’ai commencé à blâmer la cause du virus et de la pandémie.

Cependant, au Village des Pruniers, notre pratique est de revenir au moment présent. Dans ces situations, lorsque nous apprenons qu’il faut lâcher prise soudainement, nous nous entraînons à être en contact avec le moment présent et à dire : “D’accord, je dois m’entraîner à lâcher prise, je ne peux pas mettre en œuvre tous les plans que j’ai faits”. Nous pouvons nous poser quelques questions d’orientation : Que puis-je faire maintenant ? Quelles sont les conditions qui me permettent maintenant de faire quelque chose que je voulais faire dans le passé, mais que je ne pouvais pas faire ? Peut-être que le moment est venu de le faire.

Une célébration joyeuse lors d’une retraite d’été au Village des Pruniers. Bien que cela ne soit pas possible cette année, il existe des retraites spéciales en ligne organisées par les monastères.

Pas de souffrance, pas de bonheur

Une calligraphie par Thich Nhat Hanh

C’est là qu’intervient l’enseignement du “pas de boue, pas de lotus”. Cela signifie que si nous savons comment souffrir, nous souffrons beaucoup moins. Si nous reconnaissons la souffrance et voyons d’où elle vient, nous pouvons l’accepter. Notre acceptation nous permet de voir au-delà de la douleur. Si nous ne reconnaissons ou n’acceptons jamais notre souffrance, alors la souffrance sera toujours là.

La souffrance est une immense énergie. Selon l’ampleur de notre souffrance, elle peut prendre le contrôle de notre journée entière, d’une semaine entière ou d’un mois entier. Mais lorsque nous reconnaissons la souffrance et identifions les conditions qui permettent à la souffrance d’exister, alors il y a plus de place. Lorsque nous voyons d’où vient la souffrance, nous pouvons soudain en voir les racines. On se sent alors capable de gérer l’énergie. Nous avons plus d’espace pour gérer nos journées car nous ne sommes plus des victimes et nous ne sommes pas piégés par notre souffrance.

Lorsque j’étais l’assistant de Thay [Thich Nhat Hanh], je l’ai vu écrire de nombreuses calligraphies, qui sont des phrases qui rappellent cette pratique. L’une des calligraphies qu’il a écrites et que j’aime particulièrement est “La souffrance est facultative”. Nous souffrons tous, et il y a de la boue partout. L’enfer, ce n’est pas quand on meurt, mais l’enfer est sur terre. Certains d’entre nous vivent en enfer en ce moment même. D’autres vivent également en enfer, mais certains ont créé une île paisible où nous pouvons prendre soin de notre bien-être. La souffrance est donc facultative, non pas parce que nous souffrons tous. La souffrance est facultative parce que si nous savons comment souffrir, nous souffrons beaucoup moins. Nous pouvons toujours trouver la paix dans un moment difficile.

Donc, si nous savons comment nous occuper de nos souffrances pendant cette pandémie, nous en souffrirons beaucoup moins. Si nous savons comment utiliser ce temps, nos expériences ne seront pas perdues. Nous ne dirons pas : “Oh, je reste à la maison, je ne fais rien”. Au lieu de cela, nous pouvons regarder les conditions, l’espace dont nous disposons, le temps dont nous disposons, et nous pouvons nous demander : “Comment puis-je m’occuper de ce moment pour qu’il devienne un moment noble ? Frère Phap Dung a fait un enseignement sur le Dharma il y a quelques semaines et a dit que chaque moment pouvait être un moment noble. Cela pourrait être un moment noble pour nous si nous savons comment appliquer la pleine conscience, la compassion et la vision profonde dans nos moments.

Faire de ce moment un moment noble

Nous avons tous une chance parce que nous sommes en vie. Le Bouddha a dit que si nous vivons, c’est un miracle en soi. Si nous voulons vivre une vie miraculeuse, c’est notre choix. Chaque jour, nous marchons, nous nous tenons debout et nous mangeons. Ce peuvent être des moments nobles. Par exemple, lorsque nous mangeons et regardons la nourriture que nous avons, nous pouvons reconnaître qu’il y a d’autres endroits, à cause de cette pandémie, où il n’y a pas assez de nourriture, et c’est une réelle menace de mort. Grâce à ces informations et à cette vision profonde, nous ne considérons pas notre nourriture comme allant de soi. Cela devient un moment noble.

Grâce à ces informations et à cette vision profonde, nous ne considérons pas notre nourriture comme acquise. Cela devient un moment noble.

Phap Huu

Le simple fait de respirer peut être un moment noble. L’un des symptômes du virus est que les gens ont du mal à respirer. Nous pouvons reconnaître et apprécier notre santé, surtout si nous n’avons pas de difficultés à respirer. Nous pouvons commencer la journée en sachant que nous avons 24 heures toutes nouvelles, en bonne santé, et avec une respiration facile. Nous pouvons sourire à notre respiration. C’est un moment de pleine conscience, un moment noble.

Chérir nos bien-aimé.es

Je pense que beaucoup de gens ont le sentiment que la vie n’est pas la même sans un véritable lien avec nos proches ou nos amis. L’importance des liens est devenue plus réelle pour moi pendant cette pandémie, même si je suis un moine qui a appris à abandonner beaucoup de choses et à vivre une vie simple. Soudain, je ne peux plus voir mon maitre ni les membres de ma communauté, qui vivent dans d’autres parties du monde. Cela rend mon amour pour tous plus vivant et plus réel. L’idée que la vie est précieuse, que chaque moment est précieux, est devenue plus réelle. Beaucoup de gens sont en contact avec cela en ce moment même parce que nos proches sont là, mais nous ne pouvons pas être avec eux en personne. Même si nous avons beaucoup d’argent, nous ne pouvons pas être avec eux en ce moment à cause de la situation.

Nous pouvons utiliser cette énergie du manque de nos proches pour nourrir notre amour pour eux. Nous pouvons utiliser ce temps pour leur témoigner notre reconnaissance. Par exemple, nous pouvons écrire un message, une lettre ou un courriel pour exprimer notre amour et notre soutien en tant qu’ami, membre de la famille ou de la communauté.

Ce qui se passe après la pandémie semble être un sujet important. Nous devons cultiver notre conscience maintenant afin qu’après la pandémie, nous ne prenions pas nos proches pour acquis. Nous savons que toute vie est impermanente, y compris la nôtre. Le temps que nous passons ensemble est précieux. Nous pouvons apprécier les simples actes d’amour dans notre vie quotidienne, les choses très familières que nous avions probablement l’habitude de considérer comme allant de soi. La pandémie révèle nos proches comme des trésors, des joyaux, quelque chose que nous ne pouvons pas acheter ou remplacer. Nous savons maintenant qu’être avec quelqu’un que nous aimons est au-delà de tout.

Il est donc important que nous ne prenions pas nos proches pour acquis. C’est une leçon que nous pouvons maintenant assimiler et continuer à transmettre à nos enfants, à nos étudiants, à nos collègues et à la prochaine génération afin qu’ils se souviennent des leçons de ces temps extraordinaires. Nous voulons nous souvenir de la préciosité d’être ensemble en tant qu’êtres humains, amis et familles, de donner des câlins, d’exprimer de la gentillesse et d’offrir des soins.

Il est également essentiel d’utiliser ce temps pour se reposer et prendre soin de soi. Nous savons qu’aimer quelqu’un, c’est être là pour quelqu’un. Après cela, surtout lorsque le confinement se termine, si nous voulons vraiment être là pour quelqu’un, le meilleur cadeau que nous puissions offrir à quelqu’un que nous aimons est notre véritable présence. Cela nécessite la présence de tout notre corps et de tout notre esprit, ce que nous devons continuellement entraîner et pratiquer. Lorsque nous sommes plus présents, notre capacité à être là pour l’autre est beaucoup plus grande, plus ouverte, et nous pouvons accepter et embrasser davantage l’autre personne. Nous pouvons voir au-delà des cas de bonheur ou de souffrance. Nous développons ce que nous appelons “l’inter-être” lorsque nous nous voyons dans l’autre et que celui-ci est en nous. Le bien-être et la présence sont donc quelque chose que nous pouvons former pendant cette période.

S’arrêter pour prendre soin de la planète

Je vois aussi qu’un autre Lotus est que la nature a sa façon de guérir. Ces dernières années, nous avons essayé de sensibiliser les gens à l’environnement, au réchauffement de la planète et au changement climatique. Nous savons que nous devons tous nous réveiller et comprendre que la façon dont nous vivons notre vie affecte notre environnement. Nous pensons généralement que notre vie c’est nous, et que l’environnement c’est l’environnement. Nous séparons les deux, et à cause de cette vision, notre comportement est très inconscient. Nous ne sommes pas conscients de ce que nous consommons, il n’y a pas de limite, nous n’avons pas de frontière parce que l’une des plus grandes faiblesses de l’homme est le désir et l’avidité.

Soudain, en cette période de pandémie, tous les produits non essentiels ne sont pas disponibles pour le moment. Cela fait deux mois que nous sommes en France, et nous savons maintenant que sans les éléments non essentiels, nous pouvons encore être ici et en vie. Nous consommons moins. Nous pouvons nous entraîner en sachant que consommer est facultatif, tout comme la souffrance est facultative. Nous pouvons examiner en profondeur ce que nous consommons, notre idée du bonheur ou notre concept d’épanouissement. Nous connectons-nous à un produit matériel, ou à la vie elle-même ? Aimons-nous être avec la nature, avec nos proches, pouvoir communiquer ou partager une tasse de thé ensemble ? Ou notre idée d’épanouissement consiste-t-elle à acheter quelque chose, ou à avoir accès à quelque chose qui nous appartient ?

Des monastiques du Village des Pruniers travaillant à notre ferme

Même au monastère, nous consommons beaucoup moins. Nous sommes plus attentifs à la nourriture que nous mangeons, à l’eau et à l’électricité que nous utilisons. Si nous sommes conscients et attentifs, nous pouvons utiliser ce moment pour en faire un moment de changement, de croissance et de spiritualité. Nous pouvons voir que notre bonheur intérieur est quelque chose de plus durable que la joie instantanée ou le bonheur superficiel. Je ne nie pas qu’avoir une belle veste me procure un sentiment de plaisir, mais après trois jours ou un mois, cette veste devient une autre veste. Elle est accrochée dans le placard, et de temps en temps, je la porte. Cependant, le bonheur plus profond pour moi va au-delà d’un nouveau manteau. C’est la joie d’être en contact avec les merveilles de la vie en ce moment, avec mes proches, et ma gratitude. Ce bonheur est plus significatif, plus durable et me donne plus d’énergie.

Je peux déjà voir les lotus dans cette période parmi la boue que nous connaissons tous. J’espère qu’en tant qu’espèce humaine, nous ne suivrons pas le même schéma d’avidité et de surconsommation que celui que nous avons connu pendant de nombreuses années. J’espère que nous prendrons cela comme un moment pour voir ce qui est essentiel pour notre vie. Nous pouvons voir que ce qui est le plus important est en fait proche lorsque nous revenons à la respiration et à la marche conscientes, à la parole aimante et à l’écoute profonde. Nourrir notre amour et notre esprit de non discrimination favorise l’ouverture. C’est une chose à laquelle j’ai beaucoup réfléchi en restant immobile et en ayant plus de temps pour moi.

Faire en sorte que nos jours comptent

Alors que nous entrons dans une nouvelle phase de notre société et que nous sortons de nos maisons, chaque nouveau jour est un moment où nous pouvons rentrer chez nous. Nous pouvons vraiment investir dans chaque jour et faire en sorte que ce ne soit pas un jour qui passe sans signification. Cette période n’est pas normale, et cela nous offre une opportunité importante. Nous pouvons nous demander : “Comment pouvons-nous faire de cette période un investissement en nous-mêmes, dans nos communautés, nos proches, nos pays et nos sociétés sur le plan spirituel et sur le plan humain ?


Bien qu’il ne soit pas possible d’assister à une retraite au village de pruniers pour le moment, il existe une série de retraites spéciales en ligne durant le week-end pendant l’été qui offrent la possibilité de s’engager avec les monastiques et d’approfondir l’esprit avec une communauté de soutien.


Continuez à lire

Participer à la conversation

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Sharings
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

/ Register

Cacher le transcript

What is Mindfulness

Thich Nhat Hanh January 15, 2020

00:00 / 00:00
Montrer Cacher le transcript Fermer