View this website in

La vie monastique / Bonheur, où es-tu ?

Le frère Chân Trời Ruộng Đức parle du soutien qu’il reçoit de ses mentors et des leçons tirées du travail dans le potager.

Pourquoi suis-je ici ?

Le temps passe si vite. Au début de la troisième année de vie en tant que novice, en regardant à nouveau ma bodhicitta, je me demande pourquoi je suis ici. Est-ce que je me réveille un peu plus chaque jour ? Dans le passé, j’ai donné de la nourriture, des médicaments, des habits et un logement à des personnes qui étaient dans le besoin. Je pensais qu’elles se sentiraient heureuses et satisfaites une fois qu’elles auraient reçu de l’aide, mais la réalité n’était pas ainsi – ce que je leur offrais ne les aidait qu’en partie. Après avoir reçu une aide matérielle, elles n’étaient toujours pas satisfaites et continuaient d’attendre de l’aide. Nous avons donc dû continuer à chercher des moyens de les aider. À cette époque, je ne savais pas comment pratiquer et je me suis donc créé un fardeau. Lorsque j’ai vu qu’elles étaient malheureuses, je suis également devenue malheureux. J’ai commencé à me demander : “Pourquoi est-ce que c’est comme ça ?

Après avoir pratiqué au Village des Pruniers, j’ai remarqué que ma joie et mon bonheur augmentent un peu plus chaque jour. J’apprends à écouter davantage la voix qui est en moi et à me comprendre. J’aspire à prendre soin de mon jardin intérieur et à en découvrir davantage sur ma vie.

L’année dernière, à la même époque, mon père est décédé. Ma mère et mes frères et sœurs avaient besoin de ma présence et de mon soutien, alors je suis retournée en Malaisie pour leur rendre visite. Je suis très reconnaissant à la sangha pour cette opportunité. Pendant ma visite, j’ai eu la sensation que l’environnement extérieur me tentait, mais aussi que la vie des personnes était pleine de pression et de défis. Après quelques semaines loin du monastère, la sangha m’a manqué. Même si je pratiquais tous les jours la méditation assise et la méditation marchée le matin et le soir, il était toujours facile pour moi de me laisser emporter par l’énergie qui m’entourait. À cause de cela, je devais sans cesse me rappeler de revenir à moi-même.

À partir de la gauche: Frères Duc Tru, Ruong Duc, Dong Tri, Aggapanno, Phap Khoi

S’adapter à la vie communautaire au monastère

Il y a quelques mois, j’ai déménagé au temple Son Ha (“Temple du pied de la montagne”, près du Hameau du haut). Au début, vivre là-bas n’était pas facile pour moi, surtout quand je ne savais pas comment prendre soin de moi. Mais grâce aux conseils et au soutien de mes mentors, Frère Nguyen Tinh et Frère Phap Ao, j’ai appris à prendre soin de ma souffrance. Je ne sais pas où je serais sans eux. J’ai réalisé qu’il est plus facile de pratiquer ensemble avec la sangha que de pratiquer seul et qu’il est crucial de se nourrir de l’énergie collective de la sangha et de prendre refuge dans la sangha. La sangha et sa pratique peuvent m’aider à purifier mon corps et mon esprit chaque jour. Peu importe les difficultés ou les défis de la vie, la sangha est là pour me soutenir.

Son Ha est assez humide et froid comparé au Hameau du haut. Quand l’hiver est arrivé, ma chambre est devenue très froide. Mon mentor n’utilise jamais le chauffage et j’ai souhaité apprendre sa façon de vivre. Grâce à son exemple et à sa façon de s’entraîner, mon corps a lentement commencé à accepter l’environnement. Mon mentor sait que j’ai peur du froid. Il m’a gentiment suggéré de passer à une couette plus épaisse et le problème de la chaleur pendant le sommeil a été résolu. Je peux maintenant dormir paisiblement la nuit. Parfois, je me disais : En ce moment, il y a beaucoup de personnes, surtout des enfants, qui vivent dans une pauvreté abjecte, qui n’ont pas assez de vêtements pour l’hiver. J’ai beaucoup de chance d’avoir suffisamment de vêtements à porter et de pouvoir continuer à pratiquer.

En vivant dans la sangha, j’ai de nombreuses occasions de pratiquer, comme inviter la grande cloche du temple, chanter le chant du matin, diriger la méditation marchée et proposer une méditation assise guidée. Je suis une personne timide. Mais grâce à ces opportunités, je surmonte lentement ma timidité. Cela m’apporte beaucoup de courage dans la pratique.

Le jardin du Dharma

Travailler dans la serre a été un cadeau merveilleux pour moi pendant la dernière retraite des Pluies. Au début, je pensais que travailler dans la serre consistait à offrir des légumes à la sangha, mais en fait, ce n’est pas le but principal.

Lorsque nous avons commencé à travailler, mon mentor, le frère Phap Ao, a d’abord coupé l’herbe avec une débroussailleuse, puis le frère Nguyen Tinh et moi-même avons utilisé des outils pour enlever les mauvaises herbes. Nous avons commencé à ameublir le sol et à créer des lits rectangulaires. Nous avons arrosé le sol et l’avons laissé se nourrir de l’eau. Un sol sec ne peut pas absorber l’eau facilement, il a donc fallu beaucoup de temps pour que l’eau pénètre dans le sol. Le frère Phap Ao a souri et m’a dit : “Continue à l’arroser tous les jours”. Oh ! On aurait dit qu’il voulait me dire quelque chose, mais quoi ?

Après avoir travaillé dans la serre pendant seulement deux jours, j’avais déjà évacué beaucoup de stress et de tensions dans mon corps et mon esprit. Après quelques jours d’arrosage, nous avons utilisé du fumier de poulet pour fertiliser le sol et, à présent, le sol pouvait absorber l’eau facilement.

Mes mentors ont commencé à semer des graines et m’ont dit de continuer à les arroser tous les jours. Quelques jours plus tard, les graines ont commencé à germer. Puis, les semis ont commencé à pousser. Mes mentors ont transféré certains plants dans un autre endroit où ils avaient plus de place pour pousser.

Les semis et les mauvaises herbes

Au cours d’un après-midi de service en pleine conscience, alors que j’arrosais les semis de tout mon cœur, j’ai soudain réalisé que les semis me souriaient. Oh… comme c’est merveilleux ! C’était la première fois que je pouvais le voir clairement. Pour moi, c’était un moment très précieux. Je crois que c’est aussi ce que mes mentors voulaient me montrer.

Lorsque les semis ont commencé à devenir des légumes, les mauvaises herbes ont aussi progressivement poussé à côté d’eux. Je continuais à arroser les légumes, mais je ne prenais pas soin des mauvaises herbes. Un matin, alors que je buvais du thé avec mon mentor, il a souri et m’a dit : “Tu ne sais qu’arroser les légumes.” J’ai alors réalisé qu’en même temps que j’arrosais les légumes, je devais aussi prendre soin des mauvaises herbes.

Un après-midi, alors que je désherbais avec le Frère Nguyen Tinh, j’ai constaté que je ne pouvais pas déraciner toutes les mauvaises herbes parce que leurs racines étaient enchevêtrées avec les racines des légumes, qui n’étaient pas encore fortes. Je ne pouvais que couper les mauvaises herbes au-dessus du sol. Le frère Nguyen Tinh m’a regardé, a souri et m’a dit qu’il fallait peut-être attendre que les légumes soient assez forts pour pouvoir déraciner les mauvaises herbes. J’ai écouté et j’ai attendu patiemment que les légumes deviennent plus forts.

L’automne touchait à sa fin. Les plants de roquette étaient sur le point de mourir, alors je les ai déracinés avec les mauvaises herbes. J’ai remarqué que les tiges des légumes et les racines des mauvaises herbes se mêlaient en de nombreux endroits. Je les ai toutes séparées et j’ai replanté la roquette. Après quelques jours, de nouvelles feuilles ont commencé à pousser. J’étais si heureux ! Je me suis demandé si je pouvais faire la même chose avec ma souffrance.

La pleine conscience des limaces

Un après-midi, alors que je récoltais des légumes, le frère Phap Ao m’a dit qu’à partir de ce jour, je devrais venir ici pour attraper les limaces tôt le matin et le soir. Les trous dans les légumes étaient les traces laissées par les limaces après avoir mangé les feuilles. Après avoir entendu cela, je me suis sentie très curieux : y a-t-il un lien entre les limaces et ma vie ? À partir de ce jour, presque chaque matin et chaque soir, je suis entré dans la serre pour trouver la réponse. Après avoir attrapé plus de mille limaces, je n’avais toujours pas la réponse.

Un soir, pendant la méditation assise, alors que je suivais ma respiration, une image des limaces est apparue devant moi. J’ai pensé que c’était peut-être le message que mon mentor voulait me transmettre, mais j’ai voulu confirmer si c’était vrai. Cette nuit-là, je suis resté dans la serre pendant deux heures et demie pour attraper les limaces. Peu de temps après, j’ai vu quelque chose que je n’avais jamais vu auparavant. J’ai ressenti une grande joie. Oui, c’est bien ça !

Le travail et la pratique ne sont pas deux choses distinctes.

Le travail dans la serre n’est pas séparé de ma pratique. Chaque fois que je prends soin de la serre, je prends également soin de moi et des autres. Tout ce qui arrive dans la serre m’arrive aussi, et c’est ce que mes mentors souhaitaient que je pratique. Je dois trouver ma propre façon de cultiver la joie et le bonheur dans la vie quotidienne, d’arroser les graines saines en moi et de prendre soin des graines malsaines lorsqu’elles se manifestent. Je peux toujours revenir à moi pour écouter les voix qui m’habitent et pour les comprendre un peu mieux. Ce sont mes petits amis intérieurs et ils sont avec moi depuis longtemps. Dans le passé, je ne savais pas qu’ils étaient là et je les ai toujours négligés. Quand ils venaient, j’avais tendance à les rejeter et à essayer de m’échapper parce que la sensation était si désagréable. Maintenant, je sais que je dois les reconnaître, les identifier et passer du temps avec eux lorsqu’ils se présentent, afin d’exprimer mon amour et mon attention pour eux. En faisant cela, je construis une relation avec eux. Je commence à en savoir un peu plus sur moi et mes parents, sur les raisons pour lesquelles ils ont souffert dans le passé. La souffrance que je ressens maintenant est aussi la leur. Ils la portent depuis longtemps, et c’est à moi de pratiquer et de transformer pour eux.

Regarder dans les racines

Ma souffrance a beaucoup à voir avec les pensées que je produis chaque jour. J’ai tendance à percevoir les choses de manière négative et je ne suis pas toujours ouvert aux opinions des autres. Parfois, j’ai la sensation que les autres doivent suivre ma voie ; mon discours devient irréfléchi et ces personnes peuvent souffrir. C’est l’énergie de mes habitudes. Lorsque les opinions déformées en moi sont en contact avec d’autres formations mentales négatives, elles provoquent une sensation désagréable. Cela affecte une partie de mon corps et me fait ressentir un malaise. Si je ne suis pas conscient, les vues déformées et les formations mentales négatives continueront à s’alimenter mutuellement, et je souffrirai jour et nuit. Une fois que je reconnais mes perceptions et que je peux m’arrêter, j’ai la possibilité de me demander : “Suis-je sûr ?

Avec une attention appropriée, les énergies négatives sont prises en charge par la pleine conscience et la compassion. Lorsque les énergies positives prennent place, elles m’apportent une sensation agréable et ma façon de voir les choses est également orientée de manière positive. Je dois continuer à pratiquer dans ma vie quotidienne pour en découvrir davantage sur moi-même. Le processus n’a pas de fin. Je vois combien il est important de prendre refuge dans les mentors, car ils savent quelle nourriture et quelle pratique sont les plus importantes pour moi maintenant.

Moments précieux

Je suis encore jeune dans la pratique et j’apprécie beaucoup les conseils et le soutien de mes mentors et de la sangha. Chaque matin, j’offre du bonheur à mon mentor pendant que nous dégustons une tasse de thé et écoutons le chant des oiseaux. C’est aussi l’occasion pour moi de poser des questions sur la pratique. Pour moi, ce sont des moments très précieux dans ma vie.

J’avais l’habitude de penser que le bonheur se trouvait ailleurs et que je devais le rechercher loin de chez moi. Mais quand je l’ai fait et que je suis restée malheureux, j’ai continué à chercher un autre type de “bonheur”.

Un matin, alors que je buvais du thé en silence avec mon mentor, j’ai réalisé que le bonheur est dans l’ici et maintenant. La gratitude, la joie et la paix sont toutes dans ce moment. C’est déjà le bonheur. Que pourrais-je souhaiter d’autre ? Quelle chance j’ai d’être un moine et de pratiquer ici avec la sangha. Thay et nos frères et sœurs aînés ont établi le Village des Pruniers et ont traversé de nombreux défis. Je chéris ma vie ici et les conditions faites par Thay et la sangha.

Continuer le voyage

Récemment, j’ai reçu deux koans de mon mentor. Le premier est : “Le lézard et la grenouille peuvent contribuer à manger une partie des limaces, mais pas toutes. Pourquoi cela ?” Le second est : “Pourquoi les limaces ne mangent-elles que les légumes et pas les mauvaises herbes ?”. Ces deux koans sont des visions de mon mentor. Il me les a lancés, mais je continue à les cuisiner et j’espère vous en dire plus à l’avenir.


La lettre de nouvelles du Village des Pruniers

Cet article a été publié à l’origine dans la lettre d’information du Village des Pruniers en anglais. Si vous souhaitez en commander une copie physique ou en format pdf (en anglais uniquement), vous pouvez le faire en faisant un don sur le site web Parallax Press .


Continuez à lire

Participer à la conversation

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Sharings
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Cacher le transcript

What is Mindfulness

Thich Nhat Hanh January 15, 2020

00:00 / 00:00
Montrer Cacher le transcript Fermer