Mise à jour: En raison du Coronavirus, le Village des Pruniers est fermé.

Commémoration du Maître Zen Khuong Tang Hoi

Chaque année lors de la pleine lune du mois de septembre dans le calendrier lunaire, la sangha du Village des Pruniers offre une cérémonie de commémoration pour le maître Zen Tang Hoi. Il est connu en tant que premier maître bouddhiste de méditation du Vietnam. Voici quelques photos de la cérémonie et des extraits du livre de Thich Nhat Hanh, Maître Tang Hoi.

Nous exprimons notre gratitude au Maître Zen Khuong Tang Hoi qui a en lui une grande aspiration à aider sans hésitation face aux troubles et aux difficultés, et qui est déterminé à apporter la lumière dans ces lieux encore enveloppés d’obscurité.

Maître Tang Hoi a écrit la préface de la traduction chinoise du Sutra Anapananusmriti, “Discours sur la pleine conscience de la respiration”, et avec deux amis laïcs a traduit ce soutra du sanskrit au chinois. Ce soutra constitue l’une des pratiques de base de la tradition du Village des Pruniers.

Statue de Maître Tang Hoi
Silencieux et solitaire
Telle était sa nature
L'esprit libre,
Le coeur sans attachements,
Comme une torche éclairant dans la nuit noire,
Il savait comment réveiller le monde.
Surmontant tous les obstacles, il est allé très loin
Tout en étant libre des choses mondaines.

La vie de Maître Tang Hoi

Bien qu’il n’existe aucune trace de la date de naissance de Maître Tang Hoi, nous pouvons supposer qu’il est né au cours de la première décennie du IIIème siècle. D’après les archives, il serait mort en 280 après J.C. Son père était d’origine sogdienne. La Sogdiane était une province d’Asie centrale qui se trouvait au nord-ouest de l’actuel sous-continent indien, dans ce qui serait aujourd’hui l’Ouzbékistan. Sa mère était native de Jiaozhou (Vietnam). Tang Hoi n’avait que dix ans à la mort de ses parents, puis il entra comme jeune novice dans un temple à Luy Lâu, la capitale de Jiaozhou, dans la province de Bac Ninh, l’actuel nord du Vietnam.

Tang Hoi perdit très tôt ses parents ainsi que ses trois maîtres d’ordination. Bien qu’attristé par ces pertes, Tang Hoi resta déterminé à consacrer sa vie à l’étude et à la pratique du boudhisme et d’aider les autres à pratiquer. Il fonda un important centre à Luy Lau, probablement le temple Phap Vân (Nuage du Dharma) où une importante communauté de moines vietnamiens pratiquaient le bouddhisme sous sa conduite.

La pleine conscience de la respiration est le grand véhicule utilisé par les bouddhas pour sauver les êtres.

Master Tang Hoi

La loi des Han interdisait de se faire ordonner moine bouddhiste, mais comme le Jiaozhou était très éloigné de l’empire des Han, les bouddhistes ont pu maintenir une sangha monastique composée de moines locaux, et des moines indiens qui s’étaient établis à Luy Lau. Dans le centre de Tang Hoi, les écrits bouddhiques étaient traduits du sanscrit en chinois. Le Anapananusmriti Soutra et de nombreux autres soutras y ont été traduits avec l’aide de laics qui connaissaient à la fois le sanscrit et le chinois

Inclinant notre tête, nous vous demandons de toujours nous protéger et nous soutenir.

Après avoir pratiqué et enseigné à Luy Lau pendant de nombreuses années, Tang Hoi se rendit en 247 après J.C. à Jianye, la capitale du royaume de Wu, om il se construisit une petite hutt et s’établit dans la pratique. Mais quand Tang Hoi arriva à Jianye, les gens se montrèrent très méfiants à son égard puisqu’il représentait une tradition qui n’existait pas encore dans leur pays. Le roi Wu, Sun Quan, convoqua Tang Hoi à la cour pour lui demander les raisons de sa venue à Jianye. Tang Hoi avait une pratique solide et il était un moine lettré. Non seulement il n’eut aucun mal à faire entendre son point de vue mais aussi, il gagna le coeur du roi.

Tang Hoi établit un centre de pratique à Jianye, le Premier Temple, aussi appelé Centre du Bouddha. Il y conduisait des cérémonies d’ordination et instruisait les moines. Pour la première fois de leur histoire, des natifs de Chine pouvaient se faire ordonner et pratiquer en tant que moines bouddhistes.

Mais la “nouvelle” religion n’était pas toujours bien vue par les dirigeants. A la mort du roi Wu, Sun Quan, son fils, Sun Hao lui succéda mais sous l’influence des mandarins, ne cessa de s’opposer au Bouddhisme de multiples manières. Pratiquement tous les temples bouddhistes de la région furent détruits, mais ni le roi ni les mandarins Wu n’osèrent toucher au Premier Temple en raison de son grand prestige. Bien que le roi n’ait pas détruit le temple, il ordonna que son nom soit changé.

Aujourd’hui nous continuons la voie que vous avez fondé avec grand effort.

Le roi Sun Hao convoqua un jour des lettrés de renom pour défier Tang Hoi et discréditer ses enseignements. De nombreux membres du cénacle des lettrés chinois firent le voyage jusqu’à la capitale pour débattre avec Tang Hoi et le pousser dans ses retranchements. Tang Hoi ne se déroba pas. Après l’avoir entendu prêcher le Dharma, le roi ne put qu’admirer Tang Hoi et cessa dès lors de s’opposer à lui. Il demanda à prendre refuge dans les Trois Joyaux et les Cinq Entrainements à la Pleine Conscience.

Le Premier Temple fut un important centre d’enseignement et de pratique jusqu’à l’apoque des Ming (XVème siècle). De nombreux descendants de la lignée de Tang Hoi se sont formés dans ce temple. Malheureusement, au cours du violent soulèvement politique qui eut lieu en Chine méridionale entre 1851 et 1864, le temple fut détruit. Il ne subsiste aujourd’hui pas le moindre vestige de cet important site historique.

Heureusement, les écrits de Tang Hoi ont été rédigés de sa main. Ils peuvent être considérés comme la transcription exacte de ce qu’il a enseigné au Jiaoshou et dans la province du Dong Wu dans le Jiangsu. Nous savons que Tang Hoi a écrit la préface du Soutra Anapananusmriti avant de quitter Jiaozhou pour Dong Wu. Nous pouvons donc dire avec confiance que la tradition de la méditation bouddhiste de la Chine du sud, dans la région sude la la rivière Yangtze (la province Wu de Jiqngzou), a été établi et structuré tout d’abord par le moine vietnamien et le maître de méditation Tang Hoi.

Tang Hoi n’est pas seulement un patriarche de l’école de méditation au Vietnam, mais aussi du fait qu’il partit enseigner la méditation en Chine au milieu du IIIème siècle, il peut également être considéré comme l’un des premiers patriarches de l’école de méditation en Chine.

"Tang Hoi dit que lorsque notre aspiration à être éveillé est forte, nous n'avons pas besoin de nous forcer à nous concentrer ou à regarder en profondeur, nous irons tout naturellement dans cette direction. Lorsque nous avons un désir profond, une grande aspiration, nous sommes comme des scientifiques qui veulent découvrir quelque chose de très important. Notre corps et notre esprit, ainsi que notre vie quotidienne, vont tous dans cette direction."
Thich Nhat Hanh 

"On ne peut voir l'esprit car il n'a pas d'apparence ; on ne peut entendre l'esprit car il n'a pas de son. Même si l'on remontait dans le temps, on ne pourrait le trouver, parce qu'il n'a pas de commencement. Même si on s'avançait vers le futur à sa poursuite, on ne le verrait pas, parce qu'il n'a pas de fin. L'esprit  est très profond et merveilleux... En l'espace d'une journée et d'une nuit, un million trois cent mille pensées peuvent se produire dans la conscience sans que l'on s'en rende compte, exactement comme le semeur qui plante des graines dans le noir. C'est pourquoi nous devons pratiquer à calmer l'esprit, centrer notre esprit sur la respiration et compter nos respirations de "un" à "dix"." 
Tang Hoi

"Une fois les impuretés détruites, l'esprit devient clair et lumineux, plus lumineux que des perles de la lune brillante. Les pensées malsaines et impures, qui sont comme de la boue sur un clair miroir, sont complètement nettoyées. Ce miroir est désormais posé par terre et tourné vers les cieux et il reflète tous les mondes. La terre et le ciel sont infinis mais un seul miroir peut tout embrasser. "
Tang Hoi

De Thich Nhat Hanh, Maître Tang Hoi: Premier maître de méditation au Vietnam et en Chine  (Editions Sully, 2006)

© 20XX Plum Village Community of Engaged Buddhism


Participer à la conversation

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Sharings
Inline Feedbacks
View all comments
Cacher le transcript

What is Mindfulness

Thich Nhat Hanh January 15, 2020

00:00 / 00:00
Montrer Cacher le transcript Fermer