View this website in

Toucher la Terre / Hommage à notre Terre Mère

Cette année, au Hameau du Bas (l’un des 2 monastères de Soeurs), le programme de la retraite des pluies 2021 inclut chaque samedi matin la pratique des Touchers de la Terre, en s’appuyant sur des textes lus à haute voix : des Lettres de Thây écrites en hommage à la Terre Mère. A l’approche de la Cop26, nous souhaiterions vous offrir un aperçu de cette pratique.

Les 3 lettres présentées ci-dessous ont été écrites par Thây et sont publiées dans son ouvrage Nous sommes la Terre”(originellement paru en anglais en 2013 sous le titre “Love Letters to the Earth”). Elles ont été conçues pour être lues à haute voix dans le cadre de la pratique des “Touchers de la Terre”.
‘Toucher la Terre’ est le nom que Thây a donné à la pratique qui consiste à combiner un texte contemplatif à une prosternation profonde et attentive de tout le corps sur le sol.

Les textes suivants sont une sorte de conversation intime – un dialogue vivant  – avec la Terre Mère. Ils constituent également une pratique de regard profond. Regardant en profondeur, avec Pleine Conscience et concentration, nous parvenons toujours à une meilleure compréhension, une ‘percée’ dans la réalité. Nous devons regarder en profondeur afin de voir notre véritable nature et la véritable nature de la Terre. Nous devons regarder profondément pour voir que nous sommes la Terre. Avec cette vision profonde, l’amour naîtra. Notre amour et notre compréhension nous guériront, tant nous que la Terre.

Lorsque nous regardons dans la formation de notre propre corps, nous voyons la Terre Mère à l’intérieur de nous. Ainsi, l’univers entier est à l’intérieur de nous également. Dès que nous parvenons à cette vision de l’inter-être, nous sommes en mesure d’établir une véritable communication, une véritable communion avec la Terre. Ceci est la plus haute forme de prière qui soit.
Exprimer notre profond respect pour la Terre ne signifie pas la déifier ou croire qu’elle est plus sacrée que nous. C’est l’aimer, prendre soin d’elle et prendre refuge en elle. Lorsque nous souffrons, la Terre nous embrasse, nous accepte et restaure notre énergie, nous redonnant force et stabilité. Le soulagement que nous recherchons se trouve juste sous nos pieds et tout autour de nous. En prendre conscience pourra guérir une grande partie de notre souffrance. Si nous comprenons notre lien et notre relation profonds avec la Terre, nous aurons assez d’amour, de force et d’éveil pour prendre soin de nous-mêmes et de la Terre et, tous deux, nous pourrons ainsi prospérer.

Thich Nhat Hanh
Show more quotes

Toucher la terre est une pratique quotidienne de Pleine Conscience au sein des centres de pratique du Village des Pruniers du monde entier. Elle se fait généralement au terme d’une séance de méditation assise. Une personne est Maître de Cloche tandis qu’une autre lit le texte à haute voix. Ensuite, après avoir entendu le texte, toute la communauté touche la terre en même temps (ce qui consiste à faire une prosternation de tout le corps). Nous permettons aux mots de tomber doucement, comme la pluie, et de pénétrer lentement dans notre conscience, où ils peuvent apporter une compréhension, une guérison profonde et une transformation. L’énergie collective de concentration est très puissante et elle a la capacité d’apporter guérison et transformation. La pratique du ‘Toucher la Terre’ s’approfondit avec le temps.

Nous vous suggérons de ne choisir qu’un ou deux textes par séance. Vous pouvez inviter un son de cloche avant de commencer, et un autre son de cloche à la fin du texte, avant de toucher la terre. Le son de la cloche permet de maintenir une forte atmosphère de paix, de concentration et d’éveil. Nous pouvons prendre le temps de toucher la terre profondément, et prendre au moins trois inspirations et expirations profondes pendant que nous touchons la terre, avant d’inviter à nouveau la cloche et de nous redresser.

Nous vous offrons ici les 3 premières Lettres du livre, chacune accompagnée d’un fichier audio à télécharger, avec la voix de Soeur Đào Nghiêm pour vous accompagner dans votre pratique.

Nous vous invitons également à découvrir et pratiquer avec les autres lettres parues dans l’ouvrage récemment publié “Nous sommes la Terre.


Aller vers : Lettre n°1Lettre n°2Lettre n°3

-I-
Mère bien-aimée de tout ce qui est.

Lettre d’amour à la Terre Mère n°1 3:41

[Trois sons de Cloche]

Chère Terre Mère,

Je m’incline devant toi en regardant profondément et en reconnaissant que tu es présente en moi, et que je fais partie de toi. Je viens de toi et tu es toujours présente, m’offrant tout ce dont j’ai besoin pour me nourrir et pour grandir. Ma mère, mon père et tous mes ancêtres sont aussi tes enfants. Nous respirons ton air frais. Nous buvons ton eau claire. Nous nous nourrissons de ce que nous donnes. Tes plantes nous guérissent quand nous sommes malades.

Tu es la mère de tous les êtres. Je te nomme avec ce terme anthropocentrique qu’est le mot « Mère », mais je sais que ta nature maternelle est plus vaste et plus ancienne que l’humanité. Nous ne sommes qu’une espèce récente parmi tes nombreux enfants. Les millions d’autres espèces qui vient (ou qui ont vécu) sur Terre sont aussi tes enfants. Tu n’es pas une personne, mais je sais que tu n’est pas non plus moins qu’une personne. Tu es un être qui vit et qui respire, sous la forme d’une planète.
Chaque espèce a son langage propre, mais en tant que Mère, tu peux tous nous comprendre. C’est pourquoi tu peux m’entendre aujourd’hui, alors que je t’ouvre mon cœur et t’offre ma prière.
Chère Mère, où qu’il y ait de la terre, de l’eau, de la roche ou de l’air, tu es là, me nourrissant et me donnant la vie. Tu es présente dans chaque cellule de mon corps. Mon corps physique est ton corps physique, et de même que le Soleil et les étoiles sont présents en toi, ils sont présents en moi. Tu n’es pas extérieure à moi, et je ne suis pas extérieur à toi. Tu es plus que mon environnement ? Tu n’es rien moins que moi-même.
Je promets de maintenir cette conscience que tu es toujours en moi, et que je suis toujours en toi. Je promets d’être conscient que ta santé et ton bien-être sont aussi ma santé et mon bien-être. Je sais que j’ai besoin de maintenir cette conscience vivante en moi pour que nous soyons tous deux en paix, en bonne santé, forts et heureux.

Il m’arrive d’oublier. Perdu dans la confusion et les soucis du quotidien, j’oublie que mon corps est ton corps ; et il m’arrive même d’oublier que j’ai un corps. Ignorant mon corps et cette belle planète autour de moi et en moi, je suis incapable de chérir et de fêter le précieux don de la vie que tu m’as fait. Chère Mère, je fais le vœu de m’éveiller au miracle de la vie. Je promets de m’entraîner à être présent pour moi-même, pour ma vie et pour toi, à chaque instant. Je sais que ma présence véritable est le meilleur cadeau que je puisse t’offrir, à toi que j’aime tant.

[Touchez la Terre]
[Trois respirations]
[Cloche]
[Redressez-vous]


Aller vers : Lettre n°1Lettre n°2Lettre n°3

-II-
Tes merveilles, ta beauté et ta créativité

Lettre d’amour à la Terre Mère n°2 5:15

[Trois sons de Cloche]

Chère Terre Mère,

Chaque matin, quand je me réveille, tu m’offres vingt-quatre heures toutes nouvelles pour chérir et apprécier ta beauté. Tu as donné naissance à toutes les formes de vie, qui sont toutes de vrais miracles. Parmi tes enfants, on peut citer le lac d’eau claire, le pin vert, le nuage rose, la cime enneigée des montagnes, la forêt parfumée, la grue blanche, la biche mordorée, l’incroyable chenille, et chaque mathématicien brillant, chaque artisan talentueux, chaque architecte remarquable. Tu es le plus grand des mathématiciens, le plus accompli des artisans, et le plus talentueux des architectes. La branche d’un cerisier en fleur, la coquille d’un escargot et l’aile d’une chauve-souris sont tous des témoignages de cette magnifique vérité. Je fais le vœu sincère de vivre de façon à prendre conscience de chacune de tes merveilles, et à me nourrir de ta beauté. Je chéris ta créativité précieuse et souris à ce cadeau de la vie.
Il y a parmi nous, les humains, des artistes talentueux, mais comment nos peintures peuvent-elles faire le poids face à ton chef-d’œuvre des quatre saisons ? Comment pourrons-nous jamais peindre une aurore aussi fascinante ou créer un crépuscule aussi lumineux que les tiens ? Il y a parmi nous de grands compositeurs, mais comment leurs symphonies pourraient-elles être comparables à ton harmonie céleste avec le soleil et les planètes, ou au son de la marée montante ? Il y a parmi nous de grands héros et héroïnes, qui ont enduré des guerres terribles, des difficultés incroyables et de dangereux voyages, mais comment leur bravoure pourrait-elle être comparable à la patience et à la tolérance dont tu fais preuve tout au long de ton épopée, depuis des temps immémoriaux ? Il y a de nombreuses belles histoires d’amour, mais qui parmi nous est doté d’un amour aussi incommensurable que le tien, embrassant tous les êtres sans discrimination ?

Chère Mère, tu as donné naissance à d’innombrables bouddhas, saints et êtres éveillés. Le Bouddha Shakyamuni fait partie des tes enfants. Jésus Christ est le fils de Dieu, mais il est aussi le Fils de l’homme, un enfant de la Terre, ton enfant. La Sainte Vierge est aussi une fille de la Terre. Le prophète Mahomet est aussi ton enfant. Moïse est ton enfant. De même que tous les bodhisattvas. Tu es aussi la mère de remarquables penseurs et scientifiques qui ont fait d’importantes découvertes, étudiant et comprenant non seulement notre système solaire et la Voie lactée, mais aussi les galaxies les plus lointaines. C’est par ces enfants talentueux que tu approfondis ta communication avec le cosmos. Conscient que tu as donné naissance à tant de grands êtres, je sais que tu n’es pas une matière inerte, mais un être vivant. C’est parce que tu es dotée de la nature de l’éveil que tous tes enfants le sont également. Chacun de nous porte en lui la graine de l’éveil, la capacité à vivre en harmonie avec la sagesse la plus profonde : celle de l’inter-être.
Mais nous n’avons pas toujours agi de façon juste. Nous ne t’avons pas toujours suffisamment aimée ; nous avons parfois oublié ta nature véritable ; et nous t’avons parfois traitée comme si tu étais extérieure à nous, comme si tu n’étais pas nous. Il y a eu des périodes où, par ignorance et maladresse, nous t’avons sous-estimée, exploitée, blessée et polluée. C’est pourquoi je fais le vœu aujourd’hui, le cœur empli de gratitude et d’amour, de chérir et de protéger ta beauté, ainsi que d’incarner ta merveilleuse conscience dans ma vie. Je fais le vœu de marcher sur les traces de ceux et celles qui sont passés par là avant moi, de vivre dans l’éveil et la compassion, et d’être digne d’avoir une Mère comme toi.

[Touchez la Terre]
[Trois respirations]
[Cloche]
[Redressez-vous]


Aller vers : Lettre n°1Lettre n°2Lettre n°3

-III-
Marcher tendrement sur la Terre Mère

Lettre d’amour à la Terre Mère n°3 4:24

[Trois sons de Cloche]

Chère Terre Mère,

Chaque fois que je poserai le pied au sol, je m’entraînerai à voir que je marche sur toi, ma Mère. Chaque fois que je poserai mon pied sur la Terre, j’aurai la chance d’être en contact avec toi et avec toutes tes merveilles. À chaque pas, je pourrai prendre conscience que tu n’es pas seulement au-dessous de moi, chère Mère, mais que tu es aussi en moi. Chaque pas effectué avec douceur et pleine conscience peut me nourrir, me guérir, et me faire entrer en contact avec moi-même comme avec toi, dans l’instant présent.
En marchant en pleine conscience, je pourrai exprimer mon attention, mon amour et mon respect envers toi, notre Terre si précieuse. J’entrerai en contact avec cette vérité selon laquelle l’esprit et le corps ne sont pas deux entités séparées. Je m’entraînerai à regarder en profondeur pour voir ta nature véritable : tu es ma mère aimante, un être vivant, un grand être ; une immense merveille, si belle et si précieuse. Tu n’es pas que de la matière, tu es aussi un esprit, une conscience. Tout comme le beau pin ou le grain de maïs tendre possède un sens inné du savoir, tu es dotée d’une intelligence. En toi, chère Terre Mère, il y a les éléments de la Terre, de l’eau, de l’air et du feu ; et il y a aussi le temps, l’espace et la conscience. Notre nature est ta nature, qui est aussi la nature du cosmos.
Je veux marcher doucement, faire des pas dans l’amour et le plus grand respect. Je marcherai le corps et l’esprit unifiés. Je sais que je peux marcher de façon que chaque pas soit un plaisir, soit nourrissant et apporte la guérison, non seulement à mon corps et à mon esprit, mais aussi à toi, chère Terre Mère. Tu es la plus belle planète de tout notre système solaire. Je ne veux ni fuir loin de toi, chère Mère, ni courir dans une fuite en avant. Je sais que je peux trouver le bonheur ici-même, avec toi. Je n’ai pas besoin de me précipiter dans une course-poursuite des conditions de bonheur. À chaque pas, je peux prendre refuge en toi et apprécier tes beautés, ton voile atmosphérique délicat et le miracle de la gravité. Je peux mettre un terme à mes pensées pour marcher dans la détente et sans faire aucun effort. En marchant avec un tel état d’esprit, je peux vivre l’éveil. Je peux m’éveiller au fait que suis en vie, et que la vie est un précieux miracle, au fait que je ne suis jamais seul et que je ne mourrai jamais. Tu es toujours là, en moi et autour de moi, à chaque pas, me nourrissant, m’accueillant et m’emportant dans le futur.
Chère Mère, tu aimerais nous voir vivre avec plus d’attention et de gratitude. Nous pouvons le faire en générant les énergies de pleine conscience, de paix, de stabilité et de compassion dans notre vie quotidienne. Par conséquent, je formule aujourd’hui la promesse de t’aimer à mon tour et de satisfaire ce souhait en investissant chaque pas que je ferai sur toi de mon amour et de ma tendresse. Je ne marche pas seulement sur de la matière, mais aussi sur un esprit.

[Touchez la Terre]
[Trois respirations]
[Cloche]
[Redressez-vous]


Continuez à lire

Participer à la conversation

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Sharings
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Cacher le transcript

What is Mindfulness

Thich Nhat Hanh January 15, 2020

00:00 / 00:00
Montrer Cacher le transcript Fermer