Un cadeau précieux pour le 95e anniversaire de Thich Nhat Hanh : L’écoute de la Terre Mère.

Le jour de continuation (anniversaire) de Thich Nhat Hanh est le 11 octobre. Cette année, il aura 95 ans ! Afin d’exprimer notre gratitude pour son incroyable contribution, nous vous invitons à pratiquer et à partager sur le thème de la Terre Mère

Thich Nhat Hanh au temple Tieu Hieu à Hue, Vietnam

Méditer, c’est prendre le temps de regarder profondément, d’écouter profondément. Lorsque vous faites cela, vous pouvez entrer en contact avec votre véritable nature, vous libérant de toute peur et de toute discrimination.

Thich Nhat Hanh

Chers amis,

Le jour de continuation (anniversaire) de Thich Nhat Hanh est le 11 octobre. Cette année, il aura 95 ans ! Afin d’exprimer notre gratitude pour son incroyable contribution, nous vous invitons à pratiquer et à partager sur le thème de la Terre Mère, en particulier sur la façon dont nous en prenons soin et dont nous parvenons à être à l’écoute de nous-mêmes, de nos proches et de la Terre. Poursuivre l’héritage de Thây à travers notre propre pleine conscience est le cadeau le plus puissant que nous puissions offrir.

Le saviez-vous ?
La cabane de méditation de Thây au temple Từ Hiếu, temple racine de notre communauté et demeure actuelle de Thây, s’appelle la cabane de l’écoute profonde.

Depuis le début des années 1970, Thây s’est toujours montré grand pionnier de la justice écologique, mobilisant bouddhistes, scientifiques et communautés locales pour prendre soin de la Terre Mère et la protéger. Thây nous enseigne que la première étape dans l’art de prendre soin de nous-mêmes et de notre planète est de pratiquer l’écoute profonde – un acte révolutionnaire, dans notre monde souvent si bruyant. Dans son dernier ouvrage dans lequel il délivre un puissant enseignement concernant la Terre, Zen and the Art of Saving the PlanetCet ouvrage sera publié en anglais en octobre de cette année. Il n’est pas encore traduit en français, Thich Nhat Hanh nous invite tous à pratiquer l’écoute profonde pour nous aider à nous guérir, tant nous-mêmes que nos communautés et notre planète.

Lorsque vous pratiquez les trois exercices que nous vous proposez ci-après, observez ce qui se passe en vous. Ressentez-vous un changement dans votre corps ? Parvenez-vous à une nouvelle compréhension ? Nous vous invitons à partager vos réflexions par le biais de la poésie, de l’art, d’une photo de vous ou de votre sangha en train de pratiquer ; ou bien vous pouvez vous exprimer à l’aide de quelques mots de réflexion. Nous les partagerons alors avec notre communauté mondiale et avec Thây le jour de sa continuation. Merci de nous soumettre vos contributions par le biais de ce formulaire avant le 6 octobre 2021

1. Ecouter la Terre.

Prenez le temps et l’espace d’aller à l’extérieur et d’être vraiment en lien avec la Terre. Asseyez-vous ou restez debout auprès d’un arbre, d’un rocher, ou d’une fleur. Lorsque vous revenez à votre respiration consciente, que vous relâchez les tensions dans votre corps et que vous ouvrez vos cinq sens pour entrer en contact avec les merveilles de la Terre, vous cessez naturellement de penser. Vous vous éveillez au miracle que nous sommes en vie sur une planète précieuse et fragile. Dans le silence, que vous dit la Terre ?

La beauté de la Terre est une cloche de la pleine conscience. Si vous ne parvenez pas à voir cette beauté, il faut vous demander pourquoi. Il est possible que quelque chose entrave le chemin. Ou peut-être êtes-vous tellement occupé à chercher autre chose que vous ne pouvez pas entendre l’appel de la Terre. La Mère Terre vous parle :Mon enfant, je suis là pour toi, je t’offre tout cela. Et c’est la réalité : les rayons du soleil, les oiseaux qui chantent, les ruisseaux clairs, les cerisiers en fleurs au printemps, et la beauté des quatre saisons – tout est là pour toi. Et, si tu ne parviens pas à voir cela ou l’entendre, c’est parce que ton esprit est trop plein.
Thich Nhat Hanh, Zen and the Art of Saving the Planet

2. Ecoutez-vous 

Réservez quelques moments pour vous asseoir dans le calme, peut-être avec une tasse de thé relaxante, et écoutez ce qui se passe en vous. En respirant en pleine conscience, nous rentrons dans notre corps et pouvons être vraiment là pour nous-mêmes, pour prendre soin de nos émotions avec amour et compréhension. Pouvoir s’écouter soi-même est une condition préalable à l’écoute des autres, et c’est un beau cadeau pour Thây et le monde. Que découvrez-vous lorsque vous prenez le temps de vous écouter ?

Le silence est une condition essentielle pour entendre l’appel de la Terre et lui répondre. Si vous n’avez pas le silence en vous, vous ne pouvez pas entendre son appel : l’appel de la vie. Votre cœur vous appelle, mais vous n’entendez pas. Vous n’avez pas le temps d’écouter votre cœur. La pleine conscience nous aide à arrêter les distractions et à revenir à notre respiration. En ne prêtant attention qu’à l’inspiration et à l’expiration, nous arrêtons de penser et, en quelques secondes, nous nous éveillons au fait que nous sommes vivants, que nous inspirons, que nous sommes là. Nous existons. Nous ne sommes pas inexistants.
Ahhh, je réalise.Je suis ici, en vie. Nous cessons de penser au passé, nous cessons de nous inquiéter concernant l’avenir, nous concentrons toute notre attention sur le fait que nous respirons. Grâce à notre respiration consciente, nous nous libérons. Nous sommes libres d’être ici : libres de toute pensée, de toute anxiété, de toute peur et de tout effort.
Thich Nhat Hanh, Zen and the Art of Saving the Planet

3. Ecouter un être cher.

Dès lors que nous sommes parvenus à nous écouter et que, grâce à la respiration en pleine conscience, nous avons retrouvé notre paix et notre fraîcheur, nous sommes dans une qualité de présence que nous pouvons offrir à un être cher. Nous pouvons écouter pour entendre ce qui est dit et ce qui n’est pas dit. Avec le soutien de notre présence véritable, nos proches peuvent se sentir entendus et peuvent libérer leur souffrance.

“C’est comme si l’autre personne était assise au pied d’un arbre. L’arbre ne fait rien, mais l’arbre est frais et vivant. Lorsque vous êtes comme cet arbre, émettant des ondes de fraîcheur, vous contribuez à soulager la souffrance de l’autre personne.”
Thich Nhat Hanh


Extrait de "Un maître à la recherche de son disciple"
— Poème de Thich Nhat Hanh

Dans les vies passées, souvent tu as pris ma main Et nous avons aimé cheminer ensemble. Nous sommes restés longtemps assis ensemble au pied des vieux pins. Nous sommes restés côte à côte en silence pendant des heures Ecoutant le chant du vent qui nous appelait doucement Et regardant passer les nuages blancs. Tu as ramassé la première feuille rouge de l’automne et tu me l’as offerte Et je t’ai emmené à travers des forêts profondément enneigées. Mais où que nous allions, nous revenons toujours à notre Montagne ancestrale pour être proches de la lune et des étoiles Pour inviter chaque matin la cloche à sonner Et aider les êtres vivants à s’éveiller.


Continuez à lire

Participer à la conversation

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 Sharings
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Cacher le transcript

What is Mindfulness

Thich Nhat Hanh January 15, 2020

00:00 / 00:00
Montrer Cacher le transcript Fermer